Dominique A au sommet de son art avec « La fragilité »

Quelques mois après la sortie du très électrique Toute latitude, Dominique A revient avec le très acoustique La fragilité dans lequel il excelle encore avec une qualité d’écriture sans égal.

dominique a

Comme annoncé fin 2017, l’année 2018 de Dominique A se décline avec la sortie de deux albums, séparés seulement de quelques mois. S’il a plutôt convaincu avec Toute Latitude, un disque marqué par des sonorités froides, des arrangements electro-rock et des influences krautrock voire indus, il nous séduit complètement cette fois avec La fragilité, une production qui s’inscrit dans la veine la plus minimaliste de l’auteur de La mémoire Neuve – album de 1995 qu’il avait composé avec la même guitare que celle utilisée pour travailler sur ses nouvelles chansons.

dominique a la fragiliteDémarrant avec La poésie (en hommage à Leonard Cohen) et Comme l’encre (avec son orgue aux trémolos bouleversants), deux titres à vous mettre les frissons et destinés à devenir sans doute des classiques du répertoire de Dominique ALa fragilité traduit la volonté d’un artiste de revenir à une instrumentation très réduite – guitare voix, claviers, boites à rythmes, comme pour La musique & La matière – mais en reprenant les mêmes questionnements, les mêmes leitmotivs (la nature, le temps qui passe, la guerre…) que ceux déjà présents sur Toute latitude, avec par exemple, un titre comme Le grand silence des campagnes qui fait écho directement à Corps de ferme à l’abandon.

Pour cette dernière réalisation, celui qui s’est installé il y a quelques années sur les bords de Loire à Nantes, a choisi de tout faire un solo, hormis le mixage, enregistrant chez lui dans son studio, sur un 8 pistes, l’entièreté des 12 chansons qui composent cet objet musical baigné de mélodies légères, aux textes toujours aussi intimes et mélancoliques.

A la fois folk et pop, La fragilité est un disque posé, qui a la beauté, la luminosité et l’élégance d’Eleor (2009), sans pour autant offrir un tube de la puissance d’un Au revoir mon amour. Mais peu importe car la carrière de Dominique A ne s’est pas construite, bien heureusement, sur des singles mais plus sur des tonalités, des directions musicales et des choix artistiques, tout en gardant à chaque fois une ligne directrice presque immuable depuis plus de 25 ans.

La fragilité vient ainsi fêter dignement les 50 ans du « divin chauve » dont la créativité reste plus que jamais au beau fixe.

Benoît RICHARD

Dominique A – La fragilité
Label : Cinq 7 / Wagram
Date de sortie : 5 octobre 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des