Un grand voyage vers la nuit : In the mood for dream

Le réalisateur chinois Bi Gan nous invite  dans les limbes mémoriels et dans les songes ouatés d’une ville où les fantômes d’un passé criminel peuvent ressurgir au cœur de la nuit.

Un grand voyage vers la nuit photo

Le brillant réalisateur Bi Gan invite nos âmes à libérer notre cerveau de toutes contraintes cognitives pour nous laisser errer en apesanteur. Sa caméra flottante propose une poétique balade extraordinaire dont la compréhension de l’intrigue restera à jamais une énigme. Il faut se laisser perdre dans les multiples méandres labyrinthiques de l’histoire pour en mesurer de manière sensorielle toute la substance enivrante. Un voyage mystérieux et troublant dans les confins du polar où le récit mélange les sens en deux parties distinctes séparées de façon maline lors d’un entracte, où le spectateur est invité à faire comme le héros du film pour suivre la deuxième partie en 3D.

Un grand voyage vers la nuit AfficheAprès une somptueuse première partie sublimée par un hallucinant choc esthétique à tous les plans, où chaque séquence devient absolument hypnotisante de beauté, la deuxième, malgré un impressionnant plan séquence, s’avère esthétiquement moins enchanteresse et enthousiasmante, même si l’une des résolutions de l’énigme peut se ressentir dans le plaisir retrouvé d’un simple baiser en chœur.

Néanmoins, malgré ce dommageable bémol qui empêche ce long métrage d’atteindre le statut de chef-d’œuvre, le metteur en scène offre une sensationnelle expérience cinématographique, où le maître de l’image Wong Kar-Wai est régulièrement convoqué, ainsi que la maestria de l’immense Béla Tarr ou de l’enivrant Apichatpong Weerasethakul pour nous livrer en offrande des moments suspendus, dont seule la magie du septième art, à ce niveau là de splendeurs filmiques, peut nous apporter comme merveille d’ébaubissement.

Ce délicieux mirage voluptueux va hanter durablement vos nuits envoûtées, aussi bien par la délicieuse partition musicale de Lim Giong que par les présences charismatiques du taciturne Huang Jue, et de la sensuelle Tang Wei. Deu êtres funambules qui tissent le plus beau fil de l’histoire où ellipses et dilatations du temps transcendent notre imaginaire vers des ressentis rarement explorés ainsi dans une salle nocturne.

Un rêve éveillé magistral où la réalité danse avec le fantasme. Un grand voyage vers la nuit, le début d’un mythe… Stupéfiant. Mélancolique. Frustrant. Fascinant.

Sébastien Boully

Un grand voyage vers la nuit
Film Chinois, Français de Bi Gan
Avec Tang Wei, Huang Jue, Sylvia Chang…
Genre Drame
Durée : 2h 18min
Date de sortie 30 janvier 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des