Bilal est de retour et la femme sera l’avenir de l’homme

Le second tome de Bug tient les promesses du premier. La fin brutale du numérique bouleverse l’ordre établi, les vieilles rancunes se réveillent, les femmes s’émancipent et les vieux rigolent.

Bug – Livre 2 - Enki Bilal

Enki Bilal, c’est une décennie fabuleuse, cinq albums extraordinaires : La Croisière des oubliés (1975), Le Vaisseau de pierre (1976), La Ville qui n’existait pas (1977), Les Phalanges de l’Ordre noir (1979), Partie de chasse (1983), où, avec Pierre Christin, il mêlait avec bonheur l’histoire tragique et le fantastique, l’écologie et le politique, tout en se cherchant un style propre.

Bug – Livre 2 - Enki BilalUn trait qu’il impose, en solitaire, dans La trilogie Nikopol (1980-1992) : personnages immobiles et hiératiques, visages minces aux traits acérés, vues aériennes d’immeubles haussmanniens, présence inquiétante d’églises et de mosquées, véhicules des années 1970 associés à des modèles ultramodernes, impacts de balles, usures, griffures et bombes inexplosées.

Depuis, si Bilal n’a cessé de peindre affiches, couvertures de livre et décors de théâtre, il semblait perdu pour la bande dessinée populaire. Ses scénarios rivalisaient dans l’hermétisme. Le lecteur attentif devinait qu’il s’inquiétait pour l’avenir de la planète, qu’il dénonçait les obscurantismes religieux et les idéologies politiques, certes, mais cela ne le dispensait pas de raconter une histoire.

Nous aurait-il entendu ? Avec les deux premiers tomes de Bug, Bilal tient un embryon de récit. De retour de Mars, Kameron Obb, un avatar de Nikopol, s’avère posséder, dans sa seule mémoire, le sort de l’humanité. Le grand bug de 2043 a effacé la totalité des données numériques. L’économie vacille, les richissimes transhumains s’effondrent, les dopés à l’information continue succombent. Plus résilientes, les femmes prennent le pouvoir. Grandes puissances, mafias religieuses et transnationales se disputent Obb. Or, l’astronaute se révèle combatif.

Le dessin s’est fait désinvolte. Bilal croque et peint rondement. Sa palette s’est réduite à deux couleurs, le bleu et le brun. C’est beau et intrigant. Bilal parvient à susciter notre intérêt, car, derrière complots et manipulations, s’avance l’ombre bleue…

Stéphane de Boysson

Bug – Livre 2
Scénario & dessin : Enki Bilal
Éditeur : Casterman
88 pages – 18 €
Parution : 17 avril 2019

Bug – Livre 2 – Enki Bilal – Extrait :

Bug – Livre 2 - Enki Bilal

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des