Pour Arthur H, l’art de la fugue est l’art de la liberté

« Le monde a besoin wunderbar stories, c’est un cadeau précieux. Merci camarades ! » Dixit un Jean-Sebastien Bach très en verve dans le récit de cet artiste protéiforme talentueux et généreux qu’est Arthur H.
Cadeau précieux, Fugues l’est sans aucun doute. Trois expériences de vies, à des époques différentes, sont offertes au lecteur. Des vies faites de grâce, de détermination et de rêves d’ailleurs pour une existence accomplie et espérons-le apaisée.

ARTHUR H
© Francesca Mantovani – Gallimard

Dans une roulotte au confort rustique, posée dans un champ, entourée de chevaux en liberté, Arthur H s’est isolé pour mettre en mots cette propension familiale à l’échappée belle.

Nicole Courtois, avant de devenir la mère d’Arthur, était une jeune fille « intense, susceptible, moqueuse, dure à la tâche, et naturellement chef de bande ». A une époque où la place des femmes était assignée à un rôle en mode mineur, elle s’échappe à 18 ans pour respirer et exister. Avec des amis et son amoureux, un poète rêveur et « inadapté à la vie indigène » Nicole quitte ses parents espérant atteindre l’ile paradisiaque et fantasmée de Tahiti.
Ils stopperont leur périple en Corse, où la mère d’Arthur H devient une « cow-girl» galopant dans le maquis, affrontant l’hostilité et la violence des autochtones qui finiront par avoir raison, entre autre, de la fugue des jeunes gens songeant à leur vie citadine avec un brin de nostalgie.

arthur-hPhotos et lettres étonnantes de maturité et de sincérité de la boxeuse amoureuse Nicole illustrent l’histoire de cette fugue, découverte tardivement par son fils.
Qui décide à 15 ans de fausser compagnie à son paternel et son frère pour se trouver. L’appel du large comme remède à la mélancolie, Arthur H en adolescent fragile, complexé, angoissé, aura ce même courage, cette même énergie  de ne pas renoncer à ces rêves.  « La liberté est aussi quelque chose que l’on s’accorde à soi-même, on ne demande pas l’autorisation aux autres, on se l’offre ».

Dans cette histoire d’évasions troublantes et touchantes, l’esprit du lecteur fugue également au gré des visions oniriques et fantastiques de l’artiste-voyageur, lorsque les mânes bienveillants et baroques de Bach s’entrelacent aux souvenirs et à la narration.
Le compositeur allemand fait l’objet depuis l’adolescence d’Arthur d’une admiration constante pour son œuvre riche, passionnée. Mais aussi pour cette liberté qui a conduit Bach sur les routes afin de rejoindre un chœur renommé.
Tout en poésie et fantaisie, Arthur H nous livre quelques clés de son existence de saltimbanque. Ce récit magnifique est une belle déclaration à une mère « amoureuse et rêveuse », aux êtres épris de liberté, à un musicien allemand dont les œuvres à la perfection irréelle ont navigué à travers les siècles.

« Ce n’était pas mal ou immoral, si on est bloqué, coincé et qu’on étouffe, on doit, à n’importe quel prix, se libérer pour respirer à nouveau ». La liberté plus forte que tout pour ces trois personnalités riches et inspirantes.

Sandrine Mocquet

Arthur H sera présent sur le Festival Etonnants Voyageurs, qui se déroulera à Saint Malo le week-end de la Pentecôte. L’occasion de l’entendre évoquer de vive voix son très beau récit.

Fugues
Récit français de Arthur H
Editeur : Mercure de France
192 pages – 19€
Date de parution : 4 avril 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des