The Last Shadow Puppets – The Age of the Understatement : The Raiders of the Lost Pop

En 2008, Alex Turner (Arctic Monkeys) et Miles Kane (The Rascals) se refont l’intégrale des Beatles et des Kinks et décident, entre deux albums, de leur rendre hommage de la plus belle des manières. Le supergroupe The Last Shadow Puppets vient ressusciter les grandes heures de la Brit Pop made in sixties et offrent en cette fin des 00’s la plus belle des révérences à un genre fondateur, essentiel, de notre culture Rock.

The Last Shadow Puppets - The Age of the Understatement

Un bien bel album que ce The Age of the Understatement. Alex Turner, le chanteur et leader emblématique des Arctic Monkeys et Miles Kane fondateur des Rascals, ont eu l’idée lumineuse de redonner son lustre d’antan à cette bonne vieille Pop Anglaise.

Le talentueux Turner et sa horde de singes de l’Arctique, qui avec le survitaminé Whatever People Say I Am, That’s What I’m Not avait réveillé le Rock Anglais et accompagné d’un Kane n’ayant jamais été aussi bon que sur cet album et qui ne le sera probablement jamais autant, s’attaquent donc aux racines de la Brit Pop.
Une Brit Pop des débuts. Des prémisses 60’s, aux couleurs joliment passées, comme on ne pensait plus pouvoir en contempler de nos jours. Des morceaux travaillés avec une finesse d’esprit, une intelligence et une connaissance aiguë des glorieux ancêtres ; impressionnante pour des gamins d’à peine vingt ans au garrot.

Et les mômes de vingt piges se lâchent. Tout y passe.
Les cuivres chauds et langoureux caressent certains morceaux puis deviennent criards, dissonants au fil d’un album en perpétuel mouvement.
Des cordes frémissantes et douces comme un cul de fille se vêtissent de stridences Punk pour terminer un morceau en apothéose.
Les voix se mêlent, s’entremêlent à merveille. Un équilibre qui n’est pas sans rappeler le duo magique Lennon / McCartney bâtisseurs de cette Pop ultra-créative des années 60.
Une densité musicale étonnante, des envolées lyriques d’une puissance Morriconienne, des guitares / voix aux mélodies parfaites et aux arrangements polis avec soin, donnant ce petit  grain suranné qui vient teinter le disque de jolies couleurs délavées.
Une réelle et superbe amplitude symphonique, jamais tapageuse, que les deux minots contrôlent avec l’expérience de vieux briscards de studios.
Et puis ce petit côté chic, fin d’été sur la French Riviera. Cet air classieux sans y prendre garde. Du genre beau gosse qui s’ignore.

Un album qui a le pouvoir de faire revivre avec classe et intelligence ces années 60 aux douces couleurs pastels.
Où la vie, vue au travers de ce voile transparent que les femmes de cette époque mettait autour de leur cou, reste éternellement belle et ensoleillée Un road trip musical dans ces yé-yé multicolores, ce kaléidoscope Pop à siroter les cheveux au vent à bord d’une décapotable sur les hauteurs de Monaco ou sur le bitume brûlant d’Hollywood bld.

Des 60’s ré-inventées, recolorisées, fantasmées, mais au final, tellement plus belles que les vraies.

Renaud ZBN

The Last Shadow PuppetsThe Age of the Understatement est sorti le 15 avril 2018 chez Domino.

Tracklist :
01. THE AGE OF THE UNDERSTATEMENT
02. STANDING NEXT TO ME
03. CALM LIKE YOU
04. SEPARATE AND EVER DEADLY
05. THE CHAMBER
06. ONLY THE TRUTH
07. MY MISTAKES WERE MADE FOR YOU
08. BLACK PLANT
09. I DON’T LIKE YOU ANYMORE
10. IN MY ROOM
11. MEETING PLACE
12. THE TIME HAS COME AGAIN

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des