Music of My Life : Pour l’amour de Bruce Springsteen !

Tout comme le cinéma, la musique a bien des vertus. Elle offre du réconfort, du rêve à ceux qui voient leur avenir cantonné à leur cité, leurs quatre murs, leurs familles aux peurs étouffantes. La musique de Bruce Springsteen a des vertus XXL. Pour Javed le héros principal de Music of my life, les mini-épopées springsteeniennes ont été le déclic pour la prise en main de sa destinée.

MUSIC OF MY LIFE photo
Copyright WARNER BROS. – Nick Wall

Le décor de ce film : Luton une ville située au nord de Londres dans les années 80. On y fait connaissance de Javed, un adolescent confronté à un quotidien sombre, avec des possibles limités tant par la politique de fer de Maggie Thatcher que par le poids des traditions pakistanaises.

MUSIC OF MY LIFE afficheDès les premières minutes du film, le spectateur est plongé dans les eighties avec la musique des Pet Shop Boys (It’s a sin). Pour celles et ceux qui étaient au lycée à cette époque-là, la nostalgie d’une époque à la fois rude (avec l’apparition du chômage de masse et les tensions sociales et raciales) mais aussi débridée fait poindre une larmichette au coin de l’oeil.  Mention spéciale à certaines coiffures, qui m’ont rappelé celle d’un de mes camarades de lycée adepte de Robert Smith des Cure !

Retour au héros, Javed qui se rêve écrivain en dépit d’un père sourd à ses aspirations. Un père qui a quitté le Pakistan en imaginant un avenir meilleur pour sa famille et qui souhaite un métier rémunérateur ainsi qu’une ambition plus limitée pour sa progéniture.

Subissant les insultes et crachats de nazillons, subissant les desiratas paternels, Javed peine à faire entendre sa voix.  Au lycée, il fait connaissance avec Roops qui lui brandit des cassettes sous le nez : Born in USA et The Darkness on the edge of town, deux œuvres de Bruce le héros américain.

 
« I get up in the evening
And I ain’t got nothing to say
I come home in the morning
I go to bed feeling the same way
I ain’t nothing but tired
Man I’m just tired and bored with myself
Hey there baby, I could use just a little help »

Les paroles de Dancing in the dark provoquent une tempête sous le crâne de l’adolescent.

Pour les ados de la fin des années 80, Bruce Springsteen est un artiste ringard. Mais pour Javed, ce sera une véritable révélation. Inspiré par les titres du grand songwriter du New Jersey ( Thunder Road Badlands – The River – Born to run), le jeune homme prendra de l’assurance, s’émancipera pour enfin prendre les rênes de son existence.

Émouvant et réjouissant, ce film entrecoupé de séquences musicales et dansées est bienfaisant. Nul besoin d’être un big fan de Bruce Springsteen pour apprécier l’histoire. Le personnage principal Javed interprété de manière très juste par Viveik Kalra est particulièrement touchant.

Inspiré de l’histoire du co-scénariste Sarfraz Manzoor, Music of my life est à la fois une Madeleine de Proust, une piqûre de rappel quant au contexte britannique peu réjouissant et un hommage vraiment top à Bruce Springsteen.
Le contexte d’incertitudes dans lequel évoluent les nouvelles générations tend à restreindre les rêves. Ce film ne peut être qu’inspirant pour les jeunes ou moins jeunes, tout comme la musique de Bruce Springsteen.

Sandrine Mocquet

Film Britannique de Gurinder Chadha
Avec Viveik Kalra, Kulvinder Ghir, Meera Ganatra…
Genres Biopic, Drame, Comédie
Durée : 1h 57min
Date de sortie 11 septembre 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des