Epiphania, tome 3 : une fin au sommet !

Depuis la début, la trilogie SF de cet auteur unique qu’est Ludovic Debeurme n’avait cessé de nous surprendre. Ce dernier volet, loin de décevoir, se termine en une mirifique apothéose !

Epiphania t3 - Ludovic Debeurme

Grâce à Koji et sa petite amie Bee qui ont refusé d’exécuter les ordres, le monde vient d’échapper à un attentat majeur, lequel avait été conçu par Vespero, chef autoproclamé des Epiphanians, des êtres hybrides entre l’homme et l’animal apparus mystérieusement à la suite du crash de météorites. Malheureusement, leur revirement de dernière minute ne suffira pas à leur épargner les représailles sans pitié des humains, qui cette fois ont juré l’extermination totale de ceux qu’ils nomment les Mixbodies, y compris les enfants adoptifs comme Koji.

Epiphania t3 - Ludovic DebeurmeAvec une tension qui avait atteint son point culminant à la fin du deuxième tome en nous laissant sur le qui-vive, c’est avec une certaine impatience qu’on l’attendait, le dernier épisode du triptyque hors-normes de Ludovic Debeurme. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le résultat est pleinement à la hauteur des attentes.

En s’inspirant des comics américains, l’auteur de Lucille (primé à Angoulême) a produit une œuvre tout à fait étonnante. Avec Epiphania, il ne s’est pas contenté de singer la production d’outre-Atlantique même s’il en reprend une bonne partie des codes. Au contraire, il s’est efforcé d’intégrer le genre à son univers très particulier, qui évoque par certains moments celui de Charles Burns, en plus optimiste.

Toutes ces caractéristiques se retrouvent dans son trait, plus réaliste que dans ses œuvres précédentes, mais qui en a conservé l’étrangeté et le minimalisme fragile. En narrant l’épopée des Epiphanians, Debeurme semble totalement pris d’empathie pour eux, révulsé lui aussi par la bêtise des humains, qui acceptent mal les « difformités » de ces êtres parias. Dans ce dernier tome, c’est un véritable feu d’artifice graphique qui, dès le premier tiers du livre, va se déployer sous nos yeux ébahis. Avec la chute d’une nouvelle météorite, la narration va évoluer de pair avec la structure visuelle. D’abord centrée sur les protagonistes et leurs altercations résultant de l’attentat manqué, sur un rythme échevelé, elle va prendre par intermittence la forme d’une suite de tableaux bibliques spectaculaires, destinées à situer le contexte général. Un contexte perturbé par ladite catastrophe, qui a son tour, telle une répétition de l’Histoire, va générer cette fois des géants, qui comme les Epiphanians, vont sortir de terre, provoquant un chaos apocalyptique. Mais la suite réservera bien d’autres surprises au lecteur, avec certaines planches suscitant autant la sidération que l’émerveillement. Le jeu des couleurs, lui, s’est affiné. Sans souci de crédibilité, les tonalités artificielles créent une atmosphère irréelle qui contribue un peu plus à nous transporter dans une dimension onirique, loin de notre Terre à terre…

Sur le fond, l’histoire correspond pile-poil à l’esprit du temps, intégrant des préoccupations très actuelles, politiques (la montée de l’intolérance et du fascisme) et, de façon plus suggérée, écologiques. Ces êtres hybrides que sont les Epiphanians, conçus dans la terre nourricière, symbolisent parfaitement la supplique adressée par la nature à l’Homme l’invitant à se reconnecter au monde qui l’entoure. Avec Epiphania, Ludovic Debeurme nous offre une œuvre ambitieuse particulièrement rafraichissante. Ces teenagers Epiphanians, qui semblent sortir tout droit de Black Hole, nous tendent un miroir peu reluisant en nous rappelant à quel point nous nous sommes éloignés à la fois de notre humanité et de notre animalité (dans le bon sens du terme), gangrénés moralement par un individualisme forcené, à la faveur d’un système politico-économique inique et corrompu.

Du début à la fin, cette œuvre inspirante n’aura cessé de monter en puissance, telle une fusée larguant successivement, grâce à un timing parfaitement étudié, ses trois étages : un premier qui intrigue, un second qui captive, et enfin un troisième qui émerveille. Il serait vraiment dommage de passer à côté de cette série, une des plus originales et les plus brillantes de la décennie, qui se termine sur des hauteurs célestes.

Laurent Proudhon

Epiphania, tome 3
Scénario & dessin : Ludovic Debeurme
Editeur : Casterman
136 pages – 23 €
Parution : 25 septembre 2019

Epiphania, tome 3 – Extrait :

Epiphania t3 - Ludovic Debeurme

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des