Heureux qui comme Corto Maltese retourne à Escondita pour un beau voyage !

Avec ce tome 15 des aventures du marin légendaire, Canales et Pellejero nous invitent à remonter le temps. Un retour aux origines qui, dévoilant quelques mystères, fera hurler les puristes, mais le projet est audacieux…

Corto Maltese, tome 15 - Le jour de Tarowean - Juan Díaz Canales & Rubén Pellejero

Le monde de l’édition multiplie les reprises, avec des résultats affligeants. Avant de mourir, Hugo Pratt autorisa la poursuite des aventures de son marin. Un duo espagnol hérita de la mission. Prudemment, leurs deux premiers tomes évitaient de marcher sur les brisées du maître en projetant Corto sur des terres nouvelles, l’Amérique du nord, puis l’Afrique équatoriale. Ils brodaient de l’accessoire.

Corto Maltese, tome 15 - Le jour de Tarowean - Juan Díaz Canales & Rubén Pellejero Dans ce nouvel opus, Juan Díaz Canales s’affronte au mythe, il entre dans le dur, il revient là où tout a commencé : La Ballade la mer salée. Corto est un pirate du Pacifique. Pratt nous présentait un marin dérivant, les bras en croix, ligoté sur un radeau, abandonné par son propre équipage. Nous étions en 1913, à côté de l’île Escondita, un mystérieux îlot régenté par le Moine fou. Qu’a fait Corto pour être crucifié ? Comment est-il entré au service du Moine ? Est-il un pirate ? Pratt n’a jamais répondu à ces questions. Depuis, la légende a grandi.

Il faut beaucoup de courage, ou d’inconscience – une forme de courage – à Canales pour oser soulever le voile du mystère. Le geste déplaira aux gardiens du temple. Pour autant, en revenant aux origines, il marque son territoire. Le Jour de Tarowean n’est pas un simple prequel, mais un adoubement : Canales se saisit de la succession du maître.

Le Corto de Canales est un pirate aux allégeances floues. Envoyé par le Moine délivrer un jeune prince mélanésien, il accepte d’aider les rajas blancs de Sarawak, de fabuleux aventuriers anglais, monarques d’un État malaisien. Il contrarie le fils belliqueux, sauve une sirène, courtise une sorcière… Il croise amours contrariées, révoltes indigènes, revendications féministes et, déjà, les prémices de la Première Guerre mondiale.

Désormais, nous savons pourquoi Corto a été jeté à la mer, mais ignorons comment il a connu le Moine, un mystère demeure. Canales écrit bien. Son Corto s’est assagi, il court moins, observe, commente, soliloque, sans jamais juger : « Le rêve est quelque chose qui par chance ou par malchance échappe à notre contrôle ».

Quelques mots sur le dessin. Rubén Pellejero a développé un style particulier. Si les silhouettes et les cadrages sont très proches de ceux de Pratt, décors et visages lui sont propres. Un Corto se lit en noir et blanc. Aidé de sa fille, Pellejero colorise ses albums. Pour de sordides impératifs commerciaux, l’album original est facturé plus cher (25 €), allez comprendre…

Stéphane de Boysson

Corto Maltese, tome 15 : Le jour de Tarowean
Scénario : Juan Díaz Canales
Dessin : Rubén Pellejero
Éditeur : Casterman
82 pages – 16 €
Parution : 6 novembre 2019

Le jour de Tarowean – Trailer :

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des