50 Foot Woman : l’album de la maturité pour Hannah Williams

La chanteuse anglaise Hannah Williams semble plus épanouie que jamais sur son nouvel album 50 Foot Woman, où elle alternent performances vocales et sensibilité musicale.

hannah williams
credits : joseph branston

Peu convaincu par un premier album pas assez abouti et où elle se cherchait encore beaucoup (A Hill Of Feathers en 2012), j’étais passé complétement à côté du second Late Nights & Heartbreak sorti en 2016. Ce fut une erreur car en en entendant tout le bien que l’on en disait autour de moi j’ai fini par m’y intéresser, mais certes un peu tard, je m’étais réveillé après la tempête. Je ne ferai pas la même erreur avec celui-ci.

Hannah Williams The Affirmations« The Soul Hurricane » comme la presse aime la surnommer à cause de ses prestations scéniques enflammées avait alors en 2016 changé de groupe (adieu The Tastemakers) pour The Affirmations, un combo originaire de Bristol qui avait réussi avec brio à la comprendre et à la propulser en haut des charts Soul UK en 2016 avec Late Nights & Heartbreak. Cela lui valut des éloges « made in US » de la part de la regrettée Sharon Jones et du rappeur/producteur Jay-Z qui se mit à sampler Late Nights & Heartbreak pour une de ses compositions. Surnommée « la reine de la Soul Britannique » par la star US, Hannah bénéficia ainsi d’une belle publicité à l’international et pu enchaîner les concerts avec son nouveau groupe pendant plus de deux ans.

Cela lui permit aussi de rencontrer le producteur de ce nouvel album, l’américain Shawn Lee (qui a déjà officié pour Amy Winehouse, Lana Del Rey ou Alicia Keys) pour peaufiner les compositions de James Graham (le claviériste de The Affirmations), auquel on doit la grande majorité des titres de l’album. James Graham je l’avais découvert il y a quelques années au clavier d’un autre excellent groupe de Soul Music anglais, The Ephemerals qui m’avait fait forte impression. C’est un touche-à-tout plein de talent et nul doute que sans leur rencontre la carrière d’Hannah n’aurait pas évolué de la même manière.

Le disque à peine posé sur la platine, on en prend plein les oreilles avec 50 Foot Woman, un groove moderne gonflé au TNT et qui monte en puissance au fil des minutes comme pour mieux nous mettre au défi de suivre la cadence. Mais au fur et à mesure que les pistes défilent, on sent bien l’évolution par rapport à ses précédents opus, il y a plus d’assurance dans l’interprétation, et la folie vocale qui caractérise Hannah depuis ses débuts sait se faire douceur quand il le faut (Sinner) pour nous proposer de belles balades Deep Soul et Gospel. La complainte Please be good to me en est un bon exemple, sincère et donc captivante tout comme le jazzy I feel it.

Et que dire du délicieux What Can We Do, le morceau s’ouvre avec une belle harmonie vocale entre Hannah et ses 2 choristes, façon Ibeyi, avant que la batterie, puis un ensemble de violons ne viennent enrober le tout. C’est sobre, beau et moderne à la fois.

On sent une cohésion dans ce groupe, une bonne humeur et une même musicalité, comme dans le groove funky d’ I can’t let this slip away. On ne parle pas ici d’une chanteuse et de ses musiciens mais bel et bien d’un groupe ou chacun apporte sa pierre à l’édifice. Pas étonnant qu’Hannah Williams soit épanouie dans ces conditions.
C’est l’une des confirmations Soul de l’année 2019 que le label Record Kicks nous amène encore une fois, et c’est une bonne surprise que l’on n’attendait pas forcément.

Arnold PIJOT

Hannah Williams & The Affirmations – 50 foot woman
Label : Record Kicks
Date de sortie : 18 octobre 2019

Hannah Williams & The Affirmations ne proposent que 2 dates de concerts en France pour le moment, au Canet-En-Roussillon (06) le 16 novembre et au New Morning à Paris le 26 novembre.

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des