Les meilleures bandes dessinées de 2019

Cette année fut un excellent millésime, et établir un classement ne fut pas chose aisée pour nos rédacteurs. Ainsi, ceux-ci ont établi une première liste commune, sans ordre de préférence, suivie de leurs tops 10.

Le Vagabond des étoiles, première partie – Riff Reb’s (Soleil)

Le Vagabond des étoiles, première partie – Riff Reb’s

Comme pour Le Loup des mers, la précédente adaptation de Jack London par Riff Reb’s, le premier choc est visuel. La puissance du trait, alliée à un encrage soutenu qui vient creuser les visages, exprime très bien l’âpreté du monde carcéral. Et puis il y a ces voyages cosmiques salutaires du prisonnier Darrell Standing, magnifiquement mis en images, qui vont lui permettre de revivre ses multiples vies antérieures. Ce premier volet du Vagabond des étoiles s’impose comme l’un des must de l’année.

Karoo – Bézian (Delcourt)

Karoo -Bezian

Karoo, adaptation audacieuse d’un roman de Tesich à l’excellente réputation, frôle le vertige existentiel intégral : la grande élégance du dessin déconstruit de Bézian, l’addition de taches de couleurs bien venues, les brèches esthétiques ouvertes par la représentation de scènes d’une nouvelle Odyssée constituant un commentaire décalé par rapport au récit, les redoutables ellipses dans la narration, tout concourt à créer une expérience des plus singulières pour le lecteur…

Les Indes fourbes – Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt)

Les Indes fourbes – Alain Ayroles et Juanjo Guarnido

Imaginez que le dessinateur de Blacksad s’associe au scénariste de De cape et de crocs. Le résultat est un magnifique ouvrage. L’objet est beau, le dessin somptueux et la fascinante histoire associe héros picaresque, exploitation coloniale et machiavélisme !

Un destin de Trouveur – Gess (Delcourt)

Un destin de Trouveur - Gess

Second tome des Contes de la Pieuvre, fresque aux dimensions quasi-hugoliennes, consacrée à une organisation criminelle contrôlant le Paris de la fin du XIXe siècle… mais située dans un univers uchronique où coexisteraient (difficilement) humains ordinaires et mutants de type X-Men « à la française ». Gess nous offre ici un univers richissime, des situations moralement complexes et une atmosphère d’inévitable tragédie qui élève Un destin de Trouveur au-dessus du tout-venant de la BD contemporaine.

Le Dieu vagabond – Fabrizio Dori (Sarbacane)

Le Dieu vagabond, c’est une sorte de road trip mythologique, une pure merveille graphique. Fabrizio Dori nous enchante littéralement en jouant avec les styles et les couleurs tout en s’inspirant des grands peintres. Ainsi, l’auteur italien nous propose, avec ce très beau conte inspiré de la mythologie grecque, de réenchanter le monde. « Les mythes sont faits pour être racontés, sans ça, le monde s’appauvrit et meurt. » Cette phrase d’Eustis le satyre perdu synthétise à merveille la teneur du projet.

Retour à Killybegs – Pierre Alary et Sorj Chalandon (Rue de Sèvres)

Retour à Killybegs – Pierre Alary et Sorj Chalandon

Sorj Chalandon aimait l’Irlande et admirait l’IRA. Son ami était un traitre. Il a crié sa douleur dans Mon Traitre. Sa colère apaisée, il cède la parole au félon dans Retour à Killybegs. Pierre Alary la porte en images, c’est froid et beau. La guerre civile est la pire des guerre…

Les Cahiers d’Esther – Histoires de mes 13 Ans – Riad Sattouf (Allary)

Les Cahiers d'Esther - Histoires de mes 13 Ans - Riad Sattouf

Logiquement, Esther a dans ces Histoires de mes 13 ans des préoccupations bien différentes de celles de la petite fille qu’elle a cessé d’être, et dont la jolie innocence nous ravissait dans les tomes précédentes de la généreuse, touchante et hilarante chronique par Riad Sattouf de la vie d’une toute jeune Parisienne (bien réelle…). L’humeur reste légère et le ton plutôt optimiste : oui, la “magie Esther” perdure !

Epiphania, tome 3 – Ludovic Debeurme (Casterman)

Epiphania, tome 3 – Ludovic Debeurme

Avec Epiphania, Ludovic Debeurme nous a offert une œuvre de SF ambitieuse et particulièrement rafraichissante. Les Epiphanians, ces teenagers qui semblent sortir tout droit de Black Hole, nous tendent un miroir peu reluisant en nous rappelant à quel point nous nous sommes éloignés de notre humanité. Il serait vraiment dommage de passer à côté de cette série, une des plus originales et les plus brillantes de la décennie, qui se termine sur des hauteurs célestes.

Solo – Gilles Rochier (Casterman)

Solo – Gilles Rochier

Gilles Rochier est un poète intimement blessé par le Bataclan. Il ose mettre en scène sa souffrance et ses errances dans Solo, une surprenante et belle autofiction qui nous balade entre Gennevilliers et Colombes. Laissez-vous toucher !

Dédales, tome 1 – Charles Burns (Cornélius)

Dédales, tome 1 – Charles Burns

Cinq ans après sa brillante trilogie « intoxicante », Charles Burns revient en force avec cette nouvelle série, où comme à son habitude, il part explorer les tréfonds les plus obscurs de l’âme humaine. Et comme à son habitude, l’auteur de Black Hole fera naître plus de questions qu’il n’apportera de réponses au grand mystère de la vie. Le trait toujours aussi envoûtant, renforcé par ces magnifiques ombres et lumières, si caractéristiques, nous laissera avec un seul désir : s’enfoncer plus profondément dans ces Dédales. Un beau cadeau de fin d’année. Vivement la suite…

Les Tops des rédacteurs

Eric Debarnot

1. Karoo – Bézian (Delcourt)
2. Un destin de Trouveur – Gess (Delcourt)
3. Les Cahiers d’Esther – Histoire de mes 13 Ans – Riad Sattouf (Allary Editions)
4. Ada – Barbara Baldi (Ici Même)
5. Saccage – Frederik Peeters (Atrabile)
6. Open bar – Fabcaro (Delcourt)
7. Ô Joséphine – Jason (Atrabile)
8. Tom Thomson, esquisses d’un printemps – Sandrine Revell (Dargaud)
9. Aspirine, un vrai bain de sang – Joann Sfar (Rue de Sèvres)
10. El Chipo – Witko (Delcourt)

Stéphane de Boysson

1. Les Indes fourbes – Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt)
2. Retour à Killybegs – Pierre Alary et Sorj Chalandon (Rue de Sèvres)
3. Solo – Gilles Rochier (Casterman)
4. Nippon Folklore – Elisa Menini (Ici Même)
5. Corto Maltese, le jour de Tarowean – Juan Díaz Canales et Rubén Pellejero (Casterman)
6. Dracula – Georges Bess (Glénat)
7. Miles et Juliette – Salva Rubio et Sagar (Delcourt)
8. Orwell – Jean-Pierre Pécau et Benjamin Bachelier (Dargaud)
9. Flesh Empire – Yann Legendre (Casterman)
10. Kitsune – Stéphane Presle et Thibault Chimier (La Boîte à Bulles)

Laurent Proudhon

1. Le Vagabond des étoiles, première partie – Riff Reb’s (Soleil)
2. Le Dieu vagabond – Fabrizio Dori (Sarbacane)
3. Epiphania, tome 3 – Ludovic Debeurme (Casterman)
4. Les Indes fourbes – Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt)
5. Dédales, tome 1 – Charles Buns (Cornélius)
6. Senso – Alfred (Delcourt)
7. Le Sortilège de la femme-automate – Alexandre Kha (Tanibis)
8. Peau de mille bêtes – Stéphane Fert (Delcourt)
9. Les Tableaux de l’ombre – Jean Dytar (Delcourt)
10. Dans la forêt des lilas – Nathalie Ferlut et Tania Baudoin (Delcourt)

2 thoughts on “Les meilleures bandes dessinées de 2019

  1. Pas de trace de “Dans la tête de Sherlock Holmes” de Benoît Dahan et Cyril Lieron !!…Dommage…vous êtes vraiment passé à côté d’un super album !

    1. Du fait de la production pléthorique, il est toujours difficile de tout lire mais aussi de faire une sélection qui plaise à tout le monde. Mais il est bien prévu qu’on lise prochainement “Dans la tête de Sherlock Holmes” même s’il ne pourra figurer dans le top…

Comments are closed.