5 + 5 = Les disques préférés de Hermetic Delight

Alors que F.A. Cult, l’album des Strasbourgeois de Hermetic Delight, ne cesse de monter dans notre liste de nos disques préférés de 2020, on a voulu leur demander quelles étaient leurs influences, et aussi quelle était la musique actuelle qui leur parlait, histoire de s’y retrouver un peu mieux dans cette musique foisonnante.

Hermetic Delight
© Philippe Mazzoni

Si une chose est certaine, c’est qu’on n’en a pas fini avec la complexité de F.A. Cult, et la sortie de leur nouveau clip, Glassdancers, l’une des chansons phares de l’album. Même si dans le 5 + 5 du groupe, on peut trouver évidemment quelques pistes…

5 Disques du moment :

Aksak Maboul – Figures

Un des seuls albums récents découvert par la presse qui m’a vraiment fait m’évader et sortir d’un paysage promotionnel chiant comme la pluie. J’ai trouvé quelque chose qui se fiche de tout, des frontières, des attitudes, sans se retrouver dans quelque chose d’anti ou de provoc pour autant. En même temps, ce disque m’a semblé international et hyper ancré dans son territoire à la fois. La classe !

Atef

Nicolas Godin – Concrete and Glass

Dans ce disque de Nicolas Godin, riche en collaborations de qualité (coup de cœur pour Kate NV et Kirin J Callinan), je retrouve ce que j’ai toujours aimé chez Air : du travail d’orfèvre, raffiné à l’extrême, toujours audacieux et toujours pop.

Atef

Drahla – Useless Coordinates

Du rock alternatif, teinté post-punk. On est à Leeds. Le chant me rappelle le ton de Kim Gordon dans Sonic Youth. Une tension qui ne relâche jamais, beaucoup de tonus, et les cuivres apportent une touche no wave.

Delphine

 SUUNS – Felt

Ce sont des génies de l’harmonie. Cet album très expé me propulse dans une transe légère. Même si le rock est “électronisé”, le rendu reste très organique. Certaines instrumentations me rappellent Beak>, et la voix peut se rapprocher d’un Kraftwerk remis au goût du jour. Il y a parfois des beats hip hop… c’est agréable de ne pas pouvoir les ranger dans un style. On savoure l’atmosphère chaude.

Delphine

One Arm – Mysore Pak

L’album qui m’a beaucoup excitée récemment vient d’un groupe de France, qui se trouve être aussi mes amis, mais cela n’affecte pas mon choix, je suis étonnée par leur musique. One Arm était un groupe très actif dans la scène musicale underground parisienne dans les années 90 et ils étaient les premiers actes de Sonic Youth and Hole, pour n’en citer que quelques-uns puis il y a eu un hiatus et maintenant ils sont de retour pour de bon. Leur musique est un must à écouter ; si vous aimez  le no wave, le post punk ou le rock expérimental.

Zeynep

5 disques de toujours :

My Bloody Valentine – M B V

Je me souviens parfaitement de cette journée de 2013, lorsque j’avais appris que My Bloody Valentine venait de sortir son nouvel album, 20 ans après le précédent et cultissime Loveless. Je commande le vinyle, je reçois en attendant les wav 24 bits et j’arrête tout ce que j’étais en train de faire. Il devait être 15 ou 16 heures, je ferme mes volets, je ferme ma porte, je m’allonge et j’écoute l’album à fond. Évidemment que Loveless a révolutionné la musique mais hors contexte, cet album est pour moi le meilleur de tous, sans hésiter.

Atef

Arcade Fire – The Suburbs

Je suis tombé dans Arcade Fire assez tard. Je n’aimais pas leur titre phare, Wake Up. Je trouvais que ça sonnait comme la musique d’Interville, version hipster. Mais comme c’était difficile de passer à côté, on m’a fait découvrir l’album qui venait de sortir à ce moment-là qui se trouvait être The Suburbs. Et là, c’est comme si tu retrouvais un vieil ami longtemps perdu de vue. Il y avait quelque chose de tellement chaleureux et enveloppant, j’éprouve presque de la mélancolie en y pensant aujourd’hui.

Atef

Depeche Mode – 101 Live

J’aime l’âme fragile de leurs morceaux, la simplicité des paroles. Tous ces sons de synthé, ces pads 90’s, ça sonne super indus. C’est sensible et percutant. Dans le documentaire de Don Alan Pennebaker (Depeche mode 101 Live), on voit le groupe dans tous les moments de vie de cette longue tournée, Music for the Masses Tour, elle dura presque 8 mois ! Cet album est la restitution du 101è live de la tournée, en 1988 au Rose Bowl Stadium, en Californie.

Delphine

Yeah Yeah Yeahs – Fever to Tell

Un album sorti en 2003 et qui depuis, est devenu l’un des albums de la bande originale de ma vie. Un mélange d’énergie brute de punk, que ce soit dans la voix ou dans les guitares au son magnifique, une batterie parfaite qui a même les nuances du jazz, et enfin et surtout, les paroles sublimes et un son qui n’a même pas vieilli depuis des années, fait de cet album un chef-d’œuvre selon moi.

Zeynep

David Bowie – Low

Parmi tous les disques de David Bowie que j’aurais pu citer, j’ai choisi celui-ci car lors de l’écriture et de la production de F.A. Cult, j’y suis revenue et cet album m’a été une grande inspiration et une grande ouverture d’esprit. De l’incroyable son de batterie, signature du légendaire producteur Tony Visconti, à la façon dont des chansons comme Sound and Vision et Warszawa créent une atmosphère où un certain paysage ou une ville devient presque visible, la voix et les paroles toujours parfaites de David Bowie et l’utilisation de synthétiseurs, cet album est un chef d’œuvre et un album à écouter pour apprendre l’arrangement, le goût et la finesse.

Zeynep

Hermetic Delight – F.A. Cult
Sorti le 22 mai 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.