“Incident au fond de la galaxie”, les nouvelles noires d’Etgar Keret

L’auteur israélien Etgar Keret signe avec Au fond de la galaxie un recueil de courtes nouvelles aux sujets variés et teintées de réalisme froid dans lesquelles se dessinent des personnages enfermés dans leur solitude.

PHOTO © EMMANUEL DUNAND, AFP

Etgar Keret est l’un des plus populaires écrivains israéliens contemporains, traduit dans plus de quarante pays. C’est aussi un touche-à-tout qui a écrit et réalisé pour le cinéma ou la télévision. En 2014, sur nos terres gauloises,  l’auteur avait fait sensation avec 7 années de bonheur, un recueil de nouvelles solidement arrimé aux préoccupations de l’auteur et de sa vie à Tel-Aviv.

Incident au fond de la galaxiePour Incident au fond de la galaxie, il délaisse cet ancrage, sans jamais le quitter ou le cacher, pour s’adonner à nouveau à la nouvelle, un de ses terrains de jeux favoris. Lauréat du Prix Sapir et du National Jewish Book Award, l’un israélien, l’autre américain, l’ouvrage a une nouvelle fois fait sensation auprès de ses compatriotes ou de ses coreligionnaires, même s’il lui sera plus difficile de s’imposer auprès d’un public français peu amateur d’un tel genre.

Il serait dommage de bouder ce livre sous prétexte que ce ne serait “qu’un recueil de nouvelles”, car l’auteur y dévoile une certaine ingéniosité avec des textes trempés dans un ton froid, sans empathie. Si la nouvelle en tant que genre aime généralement se terminer par une habille pirouette, tous les textes d’Etgar Keret sont loin d’offrir une belle ou satisfaisante conclusion. Il nous offre des textes où le réalisme est froid, parfois désespéré, avec quelques passages par le fantastique qui ne semblent jamais de trop.

Les sujets sont différents, mais utilisent des personnages enfermés dans leurs pages, dans leurs situations, le plus souvent seuls, malgré leur entourage. Le quotidien sera abordé avec des pères et leurs enfants ingrats, dans l’ amertume des couples, dans les regrets des uns ou des autres. Le ton sera parfois plus caustique mais toujours teinté de noirceur quand l’auteur s’exerce à des registres plus fantastiques à l’image de cet ange ou ce clone, l’un confronté à l’ennui de la vie après la mort et au regard du groupe, l’autre à des attentes cruelles. La nouvelle qui donne le titre au livre est d’ailleurs un petit bijou d’humour noir, une correspondance par mail entre un gérant conciliant d’escape-room et un consommateur odieux sous ses belles tournures de phrases.

Le quotidien est parfois amer, résigné, sans que l’écriture n’ait besoin de s’appuyer dessus, de le pointer. En peu de pages, car les nouvelles sont courtes, se dessinent des personnages, des décors et des émotions, que le lecteur accompagnera. Un malaise se crée, mais jamais étouffant, jamais désespéré, qui n’ira pas dans les extrêmes, dans une expression démonstrative de la noirceur. La couverture, joyeuse, est un piège, et il faudra peut-être quelques nouvelles pour s’habituer à ce ton résigné, à l’humour froid, pour mieux apprécier toute l’inventivité de l’auteur.

Damien Walther

Incident au fond de la galaxie
Recueil de nouvelles de Etgar Keret
Éditeur : L’Olivier
240 pages – 21,50€ / 15,99€
Date de parution : 19 mars 2020