INITIALES S.G : Rock around the bunker : Gainsbourg lost in the bunker

Pour les 30 ans de la mort du grand Serge Gainsbourg, ses 16 albums studios chroniqués par lui-même ou presque. Cette semaine “Rock around the bunker” enregistré entre en décembre 1974 au studio Phonogram à Londres, puis sorti chez Philips le 8 janvier 1975.

Oh le beau succès !
L’album Vu de l’extérieur ?
Oh non, un bide. Un de plus. Non, Je suis venu te dire que je m’en vais.
Un beau succès.
Celle que j’ai écrite à la dernière minute, qui faisait tâche sur mon album flatulent, mon disque de pétomane.
La seule qui soit passée en radio.
Avec les pleurs de ma Jane, les magnifiques larmes de ma chérie. Ils étaient forcés ces pleurs à ce moment-là. Elles viennent de plus en plus facilement en ce moment, ces larmes, dans les yeux de ma belle.
On est en train de se perdre tous les deux. Doucement. Insensiblement. Elle ne me suit plus, Elle ne veut plus se perdre avec moi.
Elle l’ a trouvé sa voie, elle !
On la voit partout. Musique, télévision, cinéma. Partout !!
Elle cartonne. On ne voit qu’elle.
Jaloux ? Mmm, peut-être, un peu. Sûrement même.
J’ai l’impression qu’on m’oublie parfois. Qu’on ne voit que mes provocations, mes sucettes, mon je t’aime moi non plus, mes outrances.
Qu’on oublie le travail de mes textes et la modernité que j’essaye d’insuffler à la musique dans chacun de mes albums.
C’est le chemin que j’ai choisi, que j’ai créé.
Dans lequel je vais me noyer, dans lequel je me noie, dans lequel je m’invente et me ré-invente.
Elle peut plus me suivre ma Jane. Depuis Charlotte, fini le noctambulisme débridé, les fêtes chez Régine jusqu’à 6 du mat’. Enfin fini pour elle.
Moi c’est dans le noir qu’on me voit le mieux.

J’viens de terminer mon 11 ème album, et tu sais quoi ? ! Les radios n’en veulent pas.
Elles n’y voient qu’une provocation de plus, un scandaleux album d’extrême-droite.
Putain, les cons ! ! !
Moi d’extrême-droite ! Moi facho ! Moi qui ai porté l’étoile jaune dans un Paris farci de Boches.
Ces p’tits connards n’étaient même pas nés, et ils me traitent de facho.
J’aurais aimé les voir raser les murs, baisser les yeux et s’esquiver au plus vite devant les cousins Germains. P’ TITS CONS ! !

Alors ouais, j’ai conçu mon album sur l’esthétique nazi. Ouais, il y a du mauvais goût ( comme d’hab ! ), de la provoc aussi. J’les emmerde !

J’les ai vécus moi, ces putains d’années noires. Manquerait plus qu’on m’fasse la leçon !

Niveau texte j’me suis lâché.
Des approximations, des assonances, des allitérations, de l’humour pour dégoupiller cette grenade Teutonne, du burlesque. “Sont-ce ces insensés assassins ? / Est-ce ainsi qu’assassins s’associent ? / Si, c’est depuis l’Anschluss que sucent / Ces sangsues le juif Suss “.
Une imagerie, une iconographie parodiée, détournée. Une pochette signée par ma pomme…Et ouais !!

Du Rock’n’Roll bien fifties et de la croix gammée.

Un peu comme si Bill Haley avait bouffé Hitler, aurait été malade, et avait dégueulé “Rock around the bunker”.

Et ce sera encore une année sans, apparemment…

Tracklist :

1. Nazi Rock
2. Tata teutonne
3. J’entends des voix off
4. Eva
5. Smoke Gets in Your Eyes
6. Zig-zig avec toi (Sieg-sieg avec toi)
7. Est-ce est-ce si bon ? (SS si bon ?)
8. Yellow Star
9. Rock Around the Bunker
10. SS in Urugua

Pour en savoir plus sur cet album, on vous recommande la lecture de l’article qui lui est consacré sur le site Mr gainsbarre