“Des hommes” : une adaptation laborieuse du roman de Laurent Mauvignier

Malgré un sujet fort et un casting de stars, Lucas Belvaux ne réussit jamais à transcender le roman de Laurent Mauvignier, proposant une version trop sage et peut-être trop respectueuse pour se révéler convaincante.

des-hommes-photo
© Synecdoche – Artemis Productions – David Koskas

Il est toujours délicat de s’attaquer à morceau d’histoire telle que la Guerre d’Algérie même quand il s’agit de l’adaptation d’un roman, qui plus est, signé Laurent Mauvignier dont le style très littéraire n’est pas forcément ce qu’il y a de plus simple à adapter à l’écran… d’autant plus quand les points de vue sont multiples et que le récit se situe sur deux niveaux de temporalité.

des-hommes-afficheComme pour le roman, le film se construit en flash-back, avec une première partie qui laisse augurer le pire, avec un jeu et une mise en scène digne d’un mauvais téléfilm où chaque ligne de dialogue semble récitée, surlignée notamment avec un Depardieu en roue libre, parfois même assez gênant dans son jeu, en vieil alcoolique bougonnant et plein de rancœur. Même Catherine Frot si souvent convaincante semble à côté de son personnage. C’est sans doute Darroussin qui s’en sort peut-être le mieux avec son personnage d’homme mutique.
Et que dire de la mise en scène de Lucas Belvaux très laborieuse quand il s’agit de filmer une scène de repas qui tourne au règlement de compte entre feu-de-bois (Depardieu) et ses anciens compagnons  avec lesquels il a combattu en Algérie et dont chacun semble porter encore en lui un lourd traumatisme.

Pour tenter de comprendre la source de cette souffrance et de cette violence encore vive, Lucas Belvaux nous replonge dans le passé, dans cette fameuse “guerre sans nom” avec cette fois quelques jeunes acteurs un poil plus convaincants (Yoann Zimmer, en tête) qui essaient tant bien que mal de donner corps à une histoire construite par séquence pour évoquer ce qu’était la guerre d’Algérie, telle qu’on la connaît aujourd’hui à travers les documentaires et témoignages mis en lumière au cours des décennies passées et pour tente de comprendre pourquoi elle a été si traumatisante pour ceux qui en sont revenu.

Malheureusement Lucas Belvaux ne parvient jamais à trouver la distance nécessaire avec le roman, proposant un film longuet et trop didactique dans son ensemble, qui n’arrive jamais à se détacher du texte d’origine, se contentant d’en proposer une version sans doute fidèle et respectueuse mais bien trop sage et bien trop plan-plan pour se révéler convaincante malgré les thèmes forts (la culpabilité, le ressentiment, la trahison…) qui traversent le récit.

Benoit RICHARD

Des hommes
Film de Lucas Belvaux
Genre: Drame, historique et guerre
Avec Gérard Depardieu, Catherine Frot, Jean-Pierre Darroussin
Durée : 1h41
Date de sotie en salle : 2 juin 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.