5 + 5 = les disques préférés de We Hate You Please Die

L’évolution de la musique de We Hate You Please Die au-delà du punk-rock de leurs débuts suggérait des influences plus larges… Les 4 musiciens du groupe nous le confirment… Avec en plus un sympathique coup de chapeau à d’autres jeunes groupes de leur génération !

2021 07 23 We Hate You Please Die Empreinte
WHYPD à l’Empreinte (Savigny-le-Temple) le 23/07/2021

Can’t Wait To Be Fine risque bien de figurer en pole position dans la liste des meilleurs albums de Rock français de 2021, il était temps de demander à Chloe (basse), Mathilde (batterie), Joseph (guitare) et Raphaël (chant, guitare) comment ils en étaient arrivés là. Cette sélection de 10 albums raconte l’histoire d’un groupe en constante évolution, et confirme leur inscription dynamique dans la pétulante scène française de notre époque.

5 disques du moment :

CHLOE : Lulu Van Trapp – I’m Not Here To Save The World

J’ai découvert Lulu Van Trapp quand on a joué ensemble dans un petit festival à Saint Sauveur, il y a 2 ans, j’avais vraiment adoré. A la sortie de leur album en 2021, c’est directement devenu mon « disque du moment », je l’écoute en boucle. Gros coup de cœur pour les chansons Les Mots d’Amour, que je chante à chaque fois avec un élan de bonne humeur en connaissant les paroles par cœur, ainsi que Song for L, un titre plus posé et cette fois-ci écrit en anglais, qui met si bien en valeur la voix de Rebecca. Je suis retournée les voir en concert il n’y a pas longtemps à la Terrasse du Trabendo, c’était fou !

MATHILDE : Clavicule – Garage is Dead 

Je suis partie en vacances à Paris il y a deux semaines, et j’ai passé pas mal de temps à la Terrasse du Trabendo. J’y ai découvert Clavicule que je n’avais jamais pris le temps d’écouter. Ça a été une grosse claque, j’ai tellement bougé la tête que le lendemain j’avais très mal aux cervicales ! J’ai acheté leur album Garage is Dead, et il tourne beaucoup chez moi en ce moment. Je conseille d’écouter My Time et Special Trip qui sont mes deux petits coups de cœur sur cet album.

MATHILDE : Opinion – Molly

Un groupe que j’ai également découvert au Trabendo. Musicalement c’est hyper riche ? Ils ont sorti un double album en 2020 que je trouve très éclectique. J’ai eu un petit coup de cœur pour Divorced Kid et pour The reason why. C’est Hugo Carmouze (chant/guitare) qui compose absolument tout. Il a tout juste 20 ans et il en est à 8 albums en solo ! C’est un petit un génie, j’avoue être très admirative de ce qu’il fait. Du coup je conseille vraiment d’écouter l’album Molly que je trouve très bien produit et touchant !

JOSEPH : METZ – Atlas Vending

Je me souviens qu’on a écouté cet album le jour de sa sortie en rentrant de l’un des rares concerts qu’on a faits fin 2020. Franchement, en discutant en même temps dans le van, je n’ai pas du tout été marqué par les chansons, et c’est juste parce que j’ai adoré leurs albums précédents que je m’y suis remis à tête reposée, chez moi, au calme. Malgré cette première écoute mitigée, c’est devenu mon album préféré de METZ, mais aussi peut-être mon album préféré de 2020. Même si à première vue la recette reste la même, ils s’aventurent vers des mélodies plus riches et plus osées. Atlas Vending sonne trop bien et la production est super cool, très lisible, il n’y a pas 20 couches de guitares comme c’est parfois sur les précédents. Leur côté bruitiste est très maîtrisé, et franchement j’adore. La chanson de clôture, A Boat to Drown In, fait clairement voyager (ce qui est assez nouveau avec eux), et le clip est trop beau.

RAPHAEL : The Linda Lindas – Racist, Sexist Boy

Elles n’ont pas encore d’album à leur actif, mais un EP et surtout une chanson popularisée par une live session : Racist, Sexist Boy. Cette chanson a été un électro-choc pour moi, ce genre de choc immédiat qui te cloue sur place. Tout est magique dedans, l’énergie, la sincérité, la fraîcheur et les émotions, tout comme les lyrics. L’alternance de riffs lourds puis de refrains pop-punk est juste parfaite. On est vraiment sur une belle digestion des influences 90’s. Le détail qui tue : elles ont de 13 à 16 ans ! Autant dire que c’est un groupe à suivre. Le futur du rock est là !

5 disques pour toujours :

CHLOE : Arcade Fire – Funeral

C’est l’un de mes albums préférés d’Arcade Fire. Il est à la fois hyper triste mais me donne aussi plein d’espoir. J’adore la chaleur des violons et les harmonies de voix de Win Butler et Régine Chassagne qui fonctionnent parfaitement bien ensemble. Je dirais que mes chansons préférées sont Crown of Love et Rebellion (Lies) qui me font chialer à chaque fois que je les écoute. Les deux chanteurs.ses ayant perdu des proches, les chansons de cet album évoquent plein de sujets touchants, comme la dure réalité d’affronter la vie après la perte d’un être cher.

MATHILDE : FUZZ – II

Je cite souvent ce groupe ? mais c’est vraiment le premier groupe qui m’a fait évoluer musicalement. J’ai commencé à les écouter en 2015 et je n’ai jamais lâché depuis. Les deux premiers albums qu’ils ont sortis m’ont vraiment marquée. Mais FUZZ II a un côté très lourd et puissant que j’aime vraiment beaucoup. Pollinate et Jack the Maggot sont clairement mes deux chansons préférées. Elles ont cette puissance qui résume tout leur album, et j’avoue que j’aime beaucoup les gros solos de guitare que je trouve hyper intelligents et transcendants.

JOSEPH : Gorillaz – Demon Days

C’est super compliqué de choisir, il y en a tant qui m’ont marqué depuis que j’écoute de la musique, certains que j’écoute encore, et d’autres que j’ai vraiment mis de côté. Quand j’avais 10 ans mes parents ont acheté cet album, on l’avait dans la voiture et on l’écoutait au moins une fois par semaine. A ce moment-là, j’aurais été incapable de dire pourquoi je l’aimais, en tout cas je le connais encore par cœur. Aujourd’hui, avec le recul, je pense que c’est surtout grâce à la richesse de sa construction, tant mélodique que stylistique. Il est bourré de mélodies accrocheuses, très pop mais pas niaiseuses, mais il est surtout extrêmement hybride. Il respire une telle liberté que je n’ai jamais pu m’ennuyer en l’écoutant : il passe par du rap, du hip-hop, du rock, de l’electro, du sample, même de la musique classique. Je crois que c’est ce que j’aime aussi avec WHYPD, s’autoriser à naviguer entre plein de références, emmener les morceaux où l’on en a envie. Même s’ll n’y a rien à jeter des 15 morceaux de Demon Days, ce qui me fait le plus d’effet, c’est le final très aérien des deux derniers morceaux.

JOSEPH : Queens of the Stone Age – …Like Clockwork

Le choix est compliqué entre tous les albums de ce groupe, qui a vraiment changé ma façon d’écouter et d’apprécier la musique quand j’étais au lycée. Un ami qui s’appelle Aurélien m’avait prêté un album de Tool et Songs For the Deaf de QOTSA (merci encore à lui), et j’avais clairement adoré les rythmes saccadés et parfois dissonants, avec les mélodies de voix de Josh Homme. Je retiens quand même …Like Clockwork, car c’est celui que je trouve le plus abouti, et aussi le plus beau. Le groupe fait quelque chose de très différent du précédent, la place des mélodies est encore plus grande, ce qui rend les quelques passages bourrins encore plus efficaces et appréciables. La dernière chanson (éponyme) est merveilleuse, l’intro a d’ailleurs inspiré celle de Figure it Out sur notre premier album .

RAPHAEL : System of a Down – Steal This Album

La discographie de System of a Down a été aussi importante pour moi que le fut celle de Nirvana (le choix aura été dur, du coup !). Ce groupe est arrivé dans ma vie à la fin du collège. Des CDs gravés de Toxicity commençaient à circuler et le choc fut immédiat. Je me suis dit « C’est quoi ce truc de zinzin ? ». Un songwriting affuté, un sens de la mélodie jamais noyé malgré la débauche de violence, des chansons sensibles et sensées. Si j’aime autant ce groupe, c’est parce qu’il m’a aussi sensibilisé à la politique. Leur engagement contre les inégalités ou le génocide arménien m’a montré que la musique pouvait être porteuse d’un message, et que le monde est bien plus grand qu’on ne le pense. J’ai choisi Steal This Album car je trouve qu’ils sont au sommet de leur art. Une production léchée, des compositions urgentes, une inventivité à chaque chanson, et surtout, mon dieu, les plus belles harmonies de voix que j’ai jamais entendues. Ce qui est drôle dans cet album, c’est qu’il ne devait pas en être un, il est fait de morceaux non inclus dans Toxicity, des chutes en gros… (J’aimerais avoir des chutes de cette qualité, héhé !). Du coup, ils ont même poussé la blague en l’appelant « STEAL THIS ALBUM », écrit en gros sur une pochette blanche. Tout y est si poignant, les riffs métal bercés par leur patrimoine musical arménien. System of a Down est vraiment un groupe à part, trop souvent mis dans la case neo-metal de l’époque avec Korn ou Deftones. Pour moi ils ont créé un son inqualifiable. Il suffit de voir les deux albums suivants avec le diptyque Mesmerize et Hypnotise pour se rendre compte de leur folie créative et multi-influencée. Tout est vraiment à écouter dans leur discographie, mais Steal This Album est vraiment en orbite, les chansons Ego Brain et Streamline sont mes favorites (même si je ressens un gros plaisir coupable avec Roulette, une ballade sobre et douce qui m’aura consolé de certains chagrins d’amours de ma jeunesse. Ils sont une grosse influence pour moi, dans ma musique et mon écriture. Ce sont mes Beatles, je les aime, et si un jour on peut ouvrir pour eux, je pense que ce sera le plus beau jour de ma vie !

WHYPD sont en tournée à travers la France :

whypd tour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.