[Interview] Christian Olivier, des Têtes Raides : “J’aime que les émotions passent par l’humour !”

Retardé pour les raisons que l’on connaît malheureusement trop bien, le retour de Têtes Raides, pour le 30e anniversaire de Ginette, s’est avéré explosif. Alors qu’un nouvel album studio doit sortir avant la fin du mois, nous sommes allés demander à Christian Olivier de nous donner des nouvelles du groupe et de ses projets personnels…

Têtes Raides
© Yves Malenfer

Benzine : Ça faisait plusieurs années qu’on ne vous avait pas vus sur scène, et, alors qu’on vous suit quasiment depuis vos débuts, on a été estomaqués à l’Olympia il y a quelques jours par la force intacte de votre prestation. Qu’est-ce qui vous anime tous ?

Christian : Déjà, il y avait cette reprise, ce retour sur la route après une pause de plusieurs années, pour célébrer la fête des 30 ans de Ginette, après avoir fait les 10 ans et les 20 ans… On a pris l’habitude de fêter ces anniversaires… Et puis, on a quand même passé une période difficile, tous autant qu’on est, non ? Mais c’est vrai qu’il y avait une émotion très forte à l’Olympia, les deux soirs, le 5 et le 6 septembre… Tout le monde chantait…

Benzine : D’ailleurs, ça ne te frustre pas un peu quand tu ne peux pas chanter, sur Gino, par exemple, parce que c’est le public qui le fait ? Moi, comme spectateur, il y a des moments, j’aimerais mieux entendre ta voix !

Christian : Non, je trouve ça bien que le public chante à ma place ! On peut tous pousser de la voix ! Chanter en collectif, ça transcende quelque chose ! Et puis, je plaisante sur ce sujet, on est aussi là pour s’amuser un petit peu, j’aime que les émotions passent par l’humour.

Têtes Raides à l'Olympia le 6 septembreBenzine : Il y a eu donc un intervalle de temps bien plus long que d’habitude entre l’album précèdent (Les Terriens) et le nouveau qui va sortir. Qu’est-ce que tu as fait pendant ce temps-là ?

Christian : Les Têtes Raides ont été mises un peu en veilleuse, j’ai eu d’autres aventures en solo. J’ai fait trois albums (On/Off, Prévert, After Avant…) , des spectacles, j’ai aussi fait du graphisme. J’ai monté un spectacle avec Yolande Moreau, qui va encore tourner cette année. Et comme ça, il y a 5 ans qui sont passés…

Benzine : Et ce nouvel album, Bing Bang Boum, on n’en a pas entendu beaucoup de titres à l’Olympia ?

Christian : Bing Bang Boum sort le 24, mais ces deux dates à l’Olympia, je ne voulais pas manquer cet anniversaire de Ginette, après une douzaine de dates qui ont eu lieu en été. On voulait se donner le temps de célébrer ça. Mais, ensuite, le set va bouger à la fin du mois. Par exemple, pour le concert au Plan de Ris-Orangis, on jouera une grande partie de l’album.

Benzine : C’est quoi, l’inspiration pour Bing Bang Boum ?

Christian : Ce qui a bougé dans ce nouvel album, le travail du son, même si ça reste, bien entendu les Têtes Raides. Il y a eu une approche différente, le travail a été co-réalisé avec Edith Fambuena. On avait déjà travaillé ensemble sur mon premier album solo, on s’est bien entendus, il y a eu un vrai échange, du coup elle est devenue comme la neuvième « Tête Raide », ça a été une partie importante de la création de l’album.

Benzine : Qu’est-ce que vous pensez que les Têtes Raides ont à dire aujourd’hui, alors que la situation politique en particulier est aussi volatile ?

Christian : Avoir un discours politique c’est une chose, mais aujourd’hui, il faut continuer d’abord à se battre pour faire de la musique, avec tout le chantier que ça représente. Nous vivons une période compliquée : faire un album et proposer un spectacle, juste ça, c’est déjà de la politique. Proposer des choses alors que plein de gens n’ont pas tenu le choc ! Il faut essayer de tenir, d’offrir autre chose… Le message anti-raciste, anti-facho, il fait partie de l’ADN des Têtes Raides, il n’y a pas que ces chansons qui traitent ouvertement de ces sujets, on continue à mettre ça dans beaucoup de nos chansons avec quelques pincées de poésie, c’est quelque chose d’essentiel pour moi. Je suis vigilant, mais je ne veux pas trop cibler l’extrême-droite, j’ai peur en plus de leur faire de la publicité !

Benzine : La prochaine étape, c’est quoi ?

Christian : L’album, et la tournée… en espérant qu’il n’y ait pas une nouvelle bestiole qui nous tombe dessus ! Et en parallèle, en dehors des Têtes Raides, j’ai un autre projet sur les poètes russes de la révolution de 17 : je vais sortir un bouquin en octobre, la Révolution au Cœur, puis un album en février…

Benzine : On attend ça avec impatience, mais à court-terme, on se verra au Plan le 25 septembre !

Propos recueillis par Eric Debarnot

[Live Report] Têtes Raides et ARCAN à l’Olympia : “Que Paris est beau…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.