“Elise et les nouveaux partisans” : les souvenirs de luttes de Dominique Grange

Elise et les nouveaux partisans nous plonge dans les années 60 et 70 à travers le personnage d’Elise, une jeune chanteuse engagée au sein de la gauche prolétarienne inspiré de Dominique Grange, la compagne de Tardi. Un récit aussi passionnant qu’instructif.

Elise et les nouveaux partisans
© Delcourt

Quand Dominique Grange évoquait auprès de Jacques Tardi, son compagnon, ses souvenirs de mai 68 mais aussi son engagement au sein de la gauche prolétarienne dans les années 70, toutes ces années où, jeune chanteuse, elle parcourait les cabarets et les lieux de rassemblements ouvriers, Tardi lui disait que ses récits feraient un excellent sujet de bandes dessinées. D’autant que le thème de l’engagement politique durant cette époque n’avait jamais été vraiment traité en BD.
Finalement, le projet a fini par se concrétiser par avec un travail à quatre mains dans une fiction inspirée par les souvenirs de Dominique Grange.

Elise et les nouveaux partisansL’historie est raconté selon le point de vue d’Élise, une jeune femme d’origine lyonnaise, montée à Paris pour passer à l’action, pour donner un sens à ses convictions politiques. Le livre démarre par le rappel du massacre d’algériens le 17 octobre 1961, assassinés sous les coups les policiers ou jetés dans la seine. Au total, près de 200 morts plus 100 disparus. Un drame qui va en partie nourrir la révolte et le désir d’engagement d’Élise et ses amis dans les années 60 et 70, pour lutter compte une répression policière toujours plus importante, des tensions liées à la guerre d’Algérie mais aussi aux diverses manifestations d’ouvriers dans les usines de France, demandant plus de droits, plus de libertés et des conditions de travail plus humaines.

C’est de cette époque que l’on a appelé “les 30 glorieuses” mais qui ont été pour certains des années bien sombres dont nous parle Dominique Grange dans ce magnifique récit illustré comme toujours avec talent et précision par Tardi. Sous les traits de l’Élise, engagée à ses débuts pour devenir une chanteuse yéyé, la jeune femme va finalement va devenir une porte-parole du mouvement ouvrier grâce à ses chansons engagées qu’il ira chanter ici et là sur les nombreuses terres de combat à Paris et en province de cette époque.

Une trajectoire incroyable pour cette femme au visage si doux et à la chevelure blonde, qui va organiser des concerts de soutien devant les usines, lors de piquets de grève et va surtout connaître durant quelques années la clandestinité au sein de la NRP (Nouvelle résistance populaire). Elle connaîtra également la prison avant de trouver un travail de vendeuse dans un magasin de vêtements de se faire embaucher dans un magazine de bandes dessinées où elle fera la rencontre de Tardi.

Sans nostalgie aucune, avec beaucoup de franchise et de lucidité, Dominique Grange dresse un portrait de ses années de lutte, où engagement politique rimait avec solidarité notamment par l’implication dans le monde ouvrier par l’entremise de l’établissement, qui consistait à pour certains intellectuels à aller travailler en usine durant plusieurs mois, pour se confronter aux conditions d’un ouvrier comme ce fut le cas par exemple de Robert Linhart qui raconta tout ça dans son livre L’établi où l’on peut trouver de nombreuses correspondances avec cette passionnante bande dessinée.

Benoit RICHARD

Elise et les nouveaux partisans
Scénario : Dominique Grange
Dessin : Tardi
Editions Delcourt
176 pages – 24,95€
Parution : 3 novembre 2021

Elise et les nouveaux partisans
© Delcourt