Maurice Louca – Saet El-Hazz : une œuvre abrupte mais terriblement belle

“Une heure de chance”, c’est ainsi que l’on pourrait traduire Saet El Hazz, le nouvel album du compositeur Egyptien, Maurice Louca. Un travail exigeant tant pour le compositeur que pour l’auditeur qui se laissera entrainer au-delà des textures brutes pour y découvrir des mélodies diaphanes.

MAURICE-LOUCA
© Tony Elieh

On rattrape un peu le retard pour cette sortie de fin décembre 2021 du compositeur égyptien Maurice Louca. Ce dernier album a pris naissance à Bruxelles lors d’une semaine passée en studio avec le trio libanais « » au cours de l’année 2019. Produit par l’exigeant label bruxellois Sub Rosa, Saet El-Hazz (l’heure de chance) est le genre d’album qui se mérite. Autant le dire tout de suite, ce n’est pas lui que l’on déposera sur la platine pour commencer la soirée du samedi.

maurice-louca-saet-el-hazzL’album tout entier est à l’image du premier titre « El-Fazzah » (la glissade) : du chaos émergera l’ordre, de l’obscurité jaillira la lumière, du son s’articulera la beauté. Les 10 minutes de cette première piste sont en quelque sorte un droit de passage, une mesure de l’âme et de la dévotion de l’auditeur.

Le talent instrumental (guitare, double basse, trompette) du trio libanais accompagne chaque composition de Maurice Louca. Celui-ci a pris l’habitude de modifier plus ou moins significativement les instruments avec lesquels il joue et compose. Une guitare personnalisée à Istanbul et un xylophone adapté en Indonésie confèrent à l’ensemble des morceaux des tonalités globales et inédites. Pour la piste portant le titre de l’album, Maurice Louca s’appuie également sur des musiciennes qui l’accompagnent de longue date telles que Christine Kazaryan à la harpe et Anthea Caddy au violoncelle. Ces dernières font des merveilles sur le coup de cœur absolu de l’album, l’avant dernier morceau El Gullashash (la langue folle). Aux lignes mélodiques construites couche par couche par les cordes s’ajoute le rythme lancinant des percussions. Le jeu virevoltant d’un saxo vient enrichir l’instrumentation de ce titre époustouflant.

En langue arabe, Sa’et El-Hazz représente pour les Égyptiens un bon moment qui ne peut exister qu’avec une bonne dose de débauche. Rarement un album aura donc si bien porté son nom. Le talent de Maurice Louca réside dans sa capacité à transfigurer une musique pouvant paraitre difficile et abrupte en une œuvre subtile et terriblement belle. Deux qualités dont nous avons cruellement besoin actuellement.

Nicolas Duquenne

Maurice Louca – Saet El Hazz
Label : Sub Rosa
Date de parution : 30 décembre 2021