Dear Deer : “nos chansons ne parlent jamais de sentiments”

Depuis 2016, Dear Deer a sorti 3 albums (Oh my… 2016 ; Chew-chew, 2018 et Collect and Reject, 2022), et s’est déjà construit une identité solide. Rencontre avec le groupe autour de leur musique, leur collaboration, leurs influences… Un interview ping-pong, à l’image de leur façon de travailler.

deer-deer-photo-2

Benzine : Un nouvel album qui sort après deux années très difficiles. Comment avez-vous vécu ces 2 ans ?

Dear Deer : C’était long, mais on ne peut pas dire que nous nous sommes ennuyés. Il fallait créer, sinon c’était la fin de tout. Les concerts à la maison et diffusés online étaient un moyen de dérouler des câbles, de brancher et débrancher les instruments… Bref, avoir un semblant de vie normale en tournée… Le quotidien du confinement, rétréci et sans horizon, semble heureusement se dissiper peu à peu.

Benzine : Sortir un nouvel album, est-ce difficile ? Facile ? Une nécessité ?

Dear Deer : Un travail, ça se développe. Il y a une nécessité de travailler de nouvelles choses pour faire vivre les anciennes. C’est facile de commencer à travailler sur un nouvel album, difficile de le finir ! Le principal est de muer, changer, ne pas se répéter en restant honnête.

Benzine :  Depuis trois albums, votre musique a évolué, évidemment, moins industrielle, plus ronde, plus dansante. C’est un mouvement déjà amorcé sur le précédent album. Vous avez dit que c’était conscient et volontaire. Pourquoi ?

Dear Deer : Parce que nous étions appelés vers cette rondeur. Nous avions envie de fouiller cette part discoïde qui nous est chère, pour voir jusqu’où cela pouvait nous porter.

Benzine : J’ai lu que vos chansons racontaient des histoires… Quelles sont vos sources d’inspiration ? Les évolutions sociales ? Ce que vous lisez ? Ce que vous entendez ?

Dear Deer : Il s’agit de livres de théorie, de mythes ou plutôt des figures mythiques. Parfois les mots se construisent entre eux, comme des briques. Et parfois c’est un mélange de tout cela. Mais nos chansons ne parlent jamais de sentiments.

Benzine : Pour cet album, on a l’impression que vous avez voulu aussi dénoncer la société, le consumérisme, le capitalisme ? C’est important pour vous, en tant qu’artistes, d’avoir cette démarche politique ?

Dear Deer : Pour le dénoncer, il faudrait que ce consumérisme soit caché… En revanche, nous pensons effectivement que tout est politique. Surtout la musique. C’est impossible de la détacher de cela.

Benzine : Vous chantez en français, pour la première fois si je ne me trompe pas. C’était délibéré. Est-ce que cela va se répéter ?

Dear Deer : Oui, nous allons continuer, cette expérience est nouvelle et propose de nouvelles ouvertures musicales. La musicalité de la langue française nous amène dans des territoires que nous n’aurions peut-être pas explorés en chantant en anglais. C’était un peu la même démarche lorsque nous avons chanté en polonais.

Benzine : Comment écrivez-vous ? En collaboration ? Vous écrivez ensemble ?

Dear Deer : Nous travaillons en ping-pong, nous nous envoyons des pistes, l’autre répond, et c’est ensemble, devant l’écran, que nous arrivons à finaliser la composition.

Benzine : Comment décririez-vous votre musique ?

Dear Deer : Condensée, trapue, électronique, électrique, vénère, dansante.

Benzine : Est-ce que cela s’appliquerait à tous vos albums ?

Dear Deer : Pas exactement ! Le premier est un hérisson, le deuxième un hybride electro-discoïde et le troisième un petit Berlinois trempé dans du pain perdu.

Benzine : Est-ce qu’il y a un vrai plaisir à écrire à deux ? Les compromis sont faciles (ou pas) ?

 Dear Deer : Au début c’est agréable, puis l’étau se resserre. Composer c’est toujours excitant… c’est lors du mixage que ça se gâte ! Hahaha ! Le plus compliqué est de laisser de la place à tout le monde, d’écouter et de se remettre en question…

Benzine : Qu’est-ce qui vous rend complémentaires (aussi bien dans les goûts que dans les compétences) ? Quelle est la plus grande qualité que vous appréciez chez l’autre (et son plus grand défaut) ?

 Claudine : Fred est efficace dans sa manière de mix et d’arranger. Son défaut c’est le volume de la guitare :=)

Fred : Claudine sait indéniablement chanter, et son chant devient un instrument à part entière dans certaines compositions. Cela peut changer le visage d’un morceau. Son défaut c’est le volume de sa basse :D

Benzine : J’ai lu quelque part que vous aimiez jouer sur scène. Qu’est-ce que cela apporte ? Est-ce que vous pourriez parler de ce qui se passe sur scène ?

Dear Deer : Sur scène, rien d’autre ne compte, c’est comme de la méditation. Hic et Nunc. Parfait.

Benzine : Pensez-vous que vos morceaux se bonifient quand vous les jouez sur scène ?

Dear Deer : S’ils se bonifient, cela serait plutôt lors des résidences lorsque nous pouvons bénéficier d’un œil extérieur… Nous essayons maintenant de travailler des versions spécifiques à la scène, avec des structures ou des sonorités différentes. En live, les morceaux prennent une autre couleur. C’est aussi là que nous voyons si nous avons réussi à emmener le public ou pas. La réaction immédiate du public est un des éléments qui rend les concerts si excitants.

Benzine : Vous vous êtes rencontrés alors que vous jouiez dans d’autres groupes, dont certains sont arrêtés. Avez-vous toujours des projets avec d’autres groupes ? Des projets solos ? Est-ce que c’est important (ou incompatible) de jouer dans plusieurs groupes à la fois ?

Dear Deer : Claudine joue dans Guerre Froide. Le problème qui se pose à nous, c’est surtout le temps, le manque de temps. Il y a les pratiques plasticiennes de chacun, et également le travail alimentaire, qui, nous en avons la chance est cohérent avec nos pratiques de plasticiens. C’est extrêmement compliqué de tout gérer en même temps.

Benzine : Quels sont les projets à venir ?

Dear Deer : Tourner et faire des résidences musicales, nous ouvrir et sortir de nos zones de confort. Toucher d’autres publics, plus larges… Rencontrer des gens, revoir des amis… L’envie de composer à nouveau !

Benzine : Qu’est-ce que vous faites en dehors de la musique ?

Dear Deer : Fred est photographe pour le spectacle vivant et la culture et Claudine travaille dans une école d’art.

Propos recueillis par Alain Marciano

Dear Deer – Collect and Reject : post-punk discoïde, electro new wave

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.