“Le commerce des Allongés”, d’Alain Mabanckou : une histoire à dormir debout

Avec Le commerce des Allongés, Alain Mabanckou nous conte l’histoire fantaisiste d’une mort qui n’est pas de tout repos dans le Congo de son enfance. Un mauvais sort qui n’est pas à plaindre.

Alain-Mabanckou-2022
Alain Mabanckou © Sébastien Micke

A peine froid, Liwa Ekimakingaï est sorti de sa tombe façon pub Mérinos dans le cimetière dit du Frère-Lachaise, à Pointe-Noire. Fort mécontent des circonstances de son trépas inattendu, esprit tourmenté un brin chafouin, le revenant n’en revient pas, le mort n’en démord pas, le claqué rêve de claques et il envisage une riposte post mortem. L’utopie des assassinés. Pour sa vengeance, forcément froide, il ne veut pas se contenter du forfait de base pour esprits tourmentés. Il laisse aux autres le soin de hanter une bicoque en faisant un hou-hou poussif sous un drap à la propreté douteuse et il ne veut pas traiter l’affaire à distance en maraboutant les coupables avec une poupée vaudou. Pas de séance d’acuponcture sur un doudou, dis donc.

le-commerce-des-allongesAvant d’aller déposer son solde de tout compte, il doit s’habituer à sa nouvelle condition de macchabée. Les horaires ne sont pas les mêmes et la nourriture n’a rien de céleste. Il rencontre certaines figures truculentes du cimetière qui lui expliquent le règlement intérieur. Comme les morts s’ennuient, ils s’occupent en se racontant leur vie. Les biographies sont savoureuses même si aucun n’a eu une mort paisible. Peu importe, le résultat est le même.

Liwa profite également d’une petite sieste, les morts ont droit à un peu de repos, pour assister en songe à sa veillée funéraire auprès de sa grand-mère, Ma Lembe, chargée de son élevage depuis sa naissance. Mon cadavre vu du ciel. C’est l’occasion de se souvenir de son enfance et de son emploi de cuisinier à l’hôtel Victory Palace.

Comme le montre la couverture “Gauguinesque” du roman, le mort porte une tenue de dandy daltonien, look proche de celle du Huggy les Bons Tuyaux dans Starsky & Hutch, car son petit accident de parcours était survenu le jour de la commémoration de l’Indépendance du Congo et qu’il s’était mis sur son 31 pour chasser la gazelle.

Alain Mabanckou n’a rien perdu de son humour et cette histoire à dormir ou mourir debout, malgré son sujet, n’épouvantera personne. Les petites natures peuvent se lancer dans cette lecture sans crainte. Inutile ensuite de faire une cure de Matthieu Ricard ou de Frederic Lenoir pour revoir la vie en rose avec un sourire béat. Il faudra aussi trouver une autre excuse pour sauter au cou du voisin. Ce n’est pas la version congolaise de l’Exorciste ou de Poltergeist. Les morts sont bien vivants et cette farce est surtout l’occasion de souligner une lutte des classes qui se prolonge dans l’au-delà. Même dans un cimetière, les inégalités perdurent, les riches ont un cimetière réservé et la meilleure vue (un vrai luxe quand on est six pieds sous terre. Il ne manque que le jet privé pour rejoindre le Paradis en première classe). L’auteur dépeint aussi la ville de son enfance, la corruption endémique, le pouvoir (pas magique) des sorciers dans le pays, dont les services se monnayent au bénéfice d’hommes cupides prêts à tout pour obtenir une place au soleil et au maléfice de tous ceux qui contrarient leurs projets. Le comble du chic est d’avoir son charlatan à domicile à plein temps. Solde d’été : Une petite promotion contre un sacrifice humain. No problemo, les affaires sont les affaires. Même les footballeurs s’y mettent…

Une histoire originale et amusante qui me semble néanmoins moins aboutie que d’autres romans d’Alain Mabanckou comme Petit Piment que j’avais particulièrement apprécié. Une histoire qui n’est pas à tomber par terre, précaution utile dans un cimetière, mais j’ai passé une bonne Toussaint en cette fin août. Et puis, je préfère fréquenter des manguiers plutôt que des cyprès, même de loin.

Je crois davantage au mauvais esprit qu’au mauvais sort.

Olivier de Bouty

Le commerce des Allongés
Roman d’Alain Mabanckou
Editeur : Seuil – Collection Fiction &Cie
304 pages –  19,50 euros
Parution : 19 Août 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.