[Live Report] The Black Angels et Tamar Aphek au Trianon (Paris) : psychédélisme, mode d’emploi

Riche soirée que celle de ce 22 février au Trianon, où les Américains de The Black Angels se sont arrêtés dans le cadre de leur tournée, précédés par l’impressionnante Tamar Aphek.

2023 02 22 The Black Angels Cédric Rizzo
The Black Angels au Trianon (Paris) – Photo : Cédric Rizzo

Venus défendre leur dernier album en date, le quintet d’Austin nous a offert un remarquable panorama de leur répertoire psychédélique amplement fourni, en marquant le coup par un long voyage dans des méandres hallucinatoires désormais bien connues, mais dont on ne se lasse pas. Mais commençons par le début…

19h30, c’est tôt pour un concert parisien. C’est même trop tôt, surtout lorsqu’on nous fait le plaisir de nous offrir une première partie d’une telle qualité. Tamar Aphek. Ce nom ne vous évoque peut-être pas grand-chose, mais c’est pourtant celui d’une talentueuse chanteuse et guitariste israélienne, ainsi que celui du groupe qu’elle forme avec bassiste et batteur, auquel s’ajoute sur scène un claviériste. La jeune femme tient la place centrale sur la scène du Trianon, et l’occupe très bien, tout autant de ses cordes que de sa voix, deux outils qu’elle maîtrise parfaitement afin de naviguer aisément entre des compositions rock, teintées de psychédélisme où se distillent ça-et-là des sonorités jazz plus que bienvenues. Le tout donne un habile équilibre, entre élégance et brutalité, où guitare et voix cohabitent si bien que Tamar, telle une certaine Anna Calvi, semble résolument mener la danse, une valse dangereuse mais assurée sur des harmonies tout aussi subtiles que frénétiques. A l’appui, l’enivrante lascivité du morceau Show Me Your Pretty Side.

2023 02 22 Tamar Aphek Cédric Rizzo

On aurait tort, en usant de cet oxymore classique de « brutale élégance », de ranger Tamar Aphek dans ce vivier des groupes à potentiel, dont finalement on ne creusera pas davantage les ressorts. Il y a définitivement une énergie singulière qui se dégage de ce trio (le claviériste ne faisant pas partie de la formation originale) où chaque détail semble absolument constitutif de la belle symbiose qui opère sur scène : les musiciens s’éclatent, et les sourires, la désinvolture et la connivence entre la chanteuse et le bassiste sont autant d’éléments qui rendent le moment plaisant. Comment en vouloir à Or Dromi à la basse, qui s’arrête un instant pour s’assurer que la guitariste ne vient pas de casser une corde sur sa guitare ? Délicieuse position que celle de l’auditeur à ce moment-là, bercé par une voix grave et ouatée, ne s’estompant que pour laisser parler cordes et percussions qui, surfant entre les genres, proposent un voyage décidément épique, et dont les moindres détours sont maîtrisés. On ne voudrait pas quitter trop tôt Tamar Aphek, mais arrive rapidement l’heure du dernier morceau qui vient clore un set à la suffisance absolue. C’est sur l’électrique Star Quality que s’achève le concert : un titre emprunté au répertoire de Carusella, duo dans lequel la chanteuse officiait auparavant. « There is no star quality », oui, mais s’il y avait une note à donner à cette formation, elle raflerait probablement toutes les étoiles, et pour celles et ceux qui auront également été conquis par la « déesse de la guitare israélienne », on vous informe qu’elle sera de retour à la Maroquinerie en mai, notez-le.

2023 02 22 The Black Angels Cédric RizzoLa soirée a bien commencé donc, alors qu’à l’origine, c’est surtout pour voir ou revoir les anges noirs d’Austin que nous avions fait le déplacement. Les Black Angels ne nous ont pas déçus, ils ont délivré une performance fidèle à leur identité, en laissant la part belle à leur nouvel album Wilderness of Mirrors, tantôt perçu comme un retour triomphal, tantôt comme une redite, mais qui somme toute rend très bien en live. C’est donc armé d’un considérable patchwork psychédélique à souhait et brodé d’après la quasi-totalité de leurs albums, que le groupe s’est présenté sur la scène du Trianon.

Les guitares sulfureuses du titre You On The Run annoncent la couleur du trip : ne posez pas trop de questions et laissez-vous embarquer pour une traversée du désert texan, délires psychés à perte de vue et repères à la dérive. Oui, les Black Angels savent encore insuffler cette transe hallucinée, n’en démente une basse toujours enivrante, qu’elle soit entre le main de n’importe lequel des guitaristes sur scène, et une batterie claquante laissée aux soins de la batteuse Stéphanie Bailey. Mais ce sont peut-être les multiples talents de Ramiro Verdooren, tantôt guitariste, bassiste, claviériste (et même harmoniciste), qui impressionnent le plus et confèrent une intarissable qualité aux titres du set.

Lorsque le quintet convoque Wilderness of Mirrors, le Trianon se teinte de rouge, et c’est chaque fois une franche réussite, qu’on pourrait honorer en mentionnant les riffs débordants d’History of the Future, mais plus encore Without a Trace, majestueusement interprété, quintessence du style d’un groupe parvenu à créer sa propre étiquette. Les albums les plus plébiscités des Black Angels ne sont pas en reste, et ils n’auraient pu passer à côté de morceaux devenus grands classiques, tels Manipulation ou The Prodigal Sun, issus de l’excellent Passover. En somme, pas besoin de considérables efforts pour conquérir son public quand on porte un tel bagage avec soi, et combiné à la prestance d’un lieu tel que le Trianon, le pari est relevé pour les Black Angels, s’il ne l’était pas déjà d’avance. Même l’étrange Firefly, hommage à la pop française des années soixante, emporte l’adhésion avec son intriguant clavier et ses contours moins abrupts.

2023 02 22 The Black Angels Cédric Rizzo

Un nom manque pour l’instant à l’appel entre ces lignes, c’est celui d’Alex Maas, pourtant central sur scène. Si sa voix hantée, à la fois fragile et détonante, demeure la signature du groupe et de l’effet hypnotisant de ses compositions, son attitude laisse un peu perplexe. Le bonnet vissé sur le crâne jusqu’au bas des yeux (en a-t-on déjà vu la couleur ?), le chanteur n’est pas des plus communicatifs et délivre même une certaine antipathie, le regard rivé sur son clavier ou sur son micro, se hasardant à quelques pas vers le public, mais préférant se réfugier régulièrement à l’arrière de la scène. Malgré tout, on n’ose penser aux Black Angels sans ce timbre si particulier que l’on doit à Alex Maas, froid et pourtant étonnamment réchauffant, auquel on mêle volontiers nos voix sur le refrain d’Empires Falling (« Empires falling / It’s history on repeat »), venu clôturer la première manche du set.

Première manche ? Oui, parce qu’on pense qu’il serait un peu incongru de qualifier le break entre le titre susnommé et Wilderness of Mirrors un rappel, quand ce qui suit, ce ne sont pas deux ou trois titres mais bien six. Comptez donc un set d’une heure et demie où le groupe a su faire honneur à une discographie féconde, mais qui s’est parfois perdu en un plaidoyer psychédélique étiré sur la longueur, sur lequel la suppression de quelques titres aurait mieux servi la dynamique d’ensemble. La démonstration reste néanmoins de mise sur des titres comme Vermillion Eyes, ou encore La Pared (Govt. Wall Blues) qui annonce une fin imminente, et consacre l’implacable maîtrise des instrumentistes en une intense escalade des trois guitares sur scène. Le trip arrive à son terme, et c’est Young Men Dead, dont les premiers accords suffisent à enchanter le public, qui clôture dignement la venue du quintet d’Austin sous le plafond ornementé du Trianon. Sur un des titres signatures du groupe, le final est fracassant, surtout pour ce roadie que l’on a vu traverser la scène tout au long du concert pour permettre aux guitaristes d’échanger leurs instruments, et qui n’a pas pu résister à s’offrir un plongeon depuis la scène, à défaut que la place soit prise par un Alex Maas un peu revêche, mais sans rancune, c’était une réussite.

Ainsi s’achève un set pour le moins exhaustif qui aura ravi tout adepte de projections psychédéliques dont les Black Angels prouvent une fois encore qu’ils ont une excellente, mais surtout pérenne maîtrise.

Texte : Marion des Forts
Photos : Cédric Rizzo

One thought on “[Live Report] The Black Angels et Tamar Aphek au Trianon (Paris) : psychédélisme, mode d’emploi

  1. pas d’accord concernant Alex. il n’était pas froid, en tout cas pas avec les personnes devant

Comments are closed.