Mathusalem & Cie, de Jacques Girardon

mathu.jpegImmortels : Enki Bilal et Dominique A ont rêvé de l’être, et l’ont exprimé en dessins ou en musique. Eugène Galton, le héros du premier roman de Girardon, rédacteur du magazine »Science et avenir » le désire ardemment. Jusqu’à  l’obsession.
Quidam jusqu’à  la moelle, Galton a un jour peur de vieillir et de mourir, comme tout un chacun finalement. Sauf que lui va jusqu’au bout de sa quête, découvre tout un pan de l’innovation scientifique actuelle, notamment en matière de génétique. Et s’attaque de front aux grandes questions existentielles du 21ème siècle : L’homme peut-il être cloné indéfiniment ? L’objet de toutes les retouches possibles ? Eternellement jeune, fougueux et néanmoins toujours angoissé et insatisfait ?

Jacques Girardon n’y va pas de main morte : Mathusalem & Cie s’avère dès le départ un roman hybride intrigant, entre fiction surréaliste teintée d’humour noir et article scientifique rigoureux. Le spécialiste des avancées génétiques semble s’amuser à  insérer ses savoirs autour d’un postulat avant-gardiste inventé et apte à  de nombreux rebondissements (jusqu’au final malheureusement trop traditionnel pour emporter l’adhésion).

Mais, pour qui n’est pas allergique aux explications scientifiques à  rallonge, Mathusalem & cie reste un passionnant témoignage, entre pamphlet et prophétie, des ambitions trop grandes pour l’Homme qui désire contrôler son avenir, son corps, sa vie.

Jean-François Lahorgue

3.gif

Mathusalem & Cie, de Jacques Girardon
Le Dilletante, 288 pages, 20 €¬
Date de parution : janvier 2010.

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *