The National – Trouble will find me

Charmant et romantique dans sa définition la plus poétique possible, le nouvel album de The National instille le spleen dans le creux de l’oreille de son auditeur.

The National

Les albums passent, et se ressemblent un peu. D’habitude quand je dis ça tu t’attends à  une critique à  contenu assassin hein copain lecteur. Pour le nouvel album de The National, non, tellement trouble will find me est (encore) un bon disque.

Des heures et des heures que ce disque nocturne hante ma platine, des heures carrées que je me laisse entraîner par le charme romantique de ce long fleuve tranquille sur lequel mon petit bateau du plaisir d’écoute se laisse glisser de nuit. The National c’est le romantisme allemand de la fin du 19e siècle, l’impression spleenetique du lac de Lamartine transposés dans notre monde moderne du côté de Brooklyn

Trouble will find me c’est aussi la démonstration que la »formule » musicale de The National continue de bien fonctionner album après album, depuis 2001 tant qu’elle est portée par une bonne dose d’inspiration. La mélancolie est un art délicat dans lequel excelle le groupe de Matt Berninger.

On retrouve dès lors dans cette nouvelle livraison, certains des éléments habituels du groupe servis par une prod. léchée mais discrète. La voix presque grave, presque Tindersticks-ienne de Berninger en est un des constituants. D’autant que le nouveau The National alterne les ballades portées par l’instrument voix et les pièces plus enlevées, servies par un jeu de batterie échevelée et des atmosphères chargées de nuages gris électriques. Un travail de sape guitare/batterie aussi une des constituantes du groupe.

On découvre aussi, au fil des 13 titres qui composent cette nouvelle livraison que les »ballades » sont aussi un genre oú the National excelle plus qu’épisodiquement. Quand le tempo ralentit sur trouble will find me, les instruments occupent l’espace avec classe. Simplicité et chic. Les ballades, plus fréquentes, du groupe s’accommodent très bien de plus de dépouillement que par le passé, et l’auditeur trouve une maturité nouvelle dans un groupe qui semble pourtant avoir toujours été adulte.

Trouble will find me est un album posé. Charmant et romantique dans sa définition la plus poétique possible, il instille le spleen dans le creux de l’oreille de son auditeur. La mélancolie n’a sans doute jamais été plus classe. Un album qui assombrit mais jamais ne plombe. Attention auditeur, si tu traverses une période un peu morose, tu n’es pas , à  l’abri d’une petite larmichette.

Denis Verloes

Label :  4AD
Date de sortie: 20 mai 2013

 

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *