Fred Pallem & Le Sacre du Tympan – François De Roubaix

Fred Pallem & le Sacre du Tympan 2015

Après avoir revisité les musiques de films des années 60 avec l’indispensable Soundrax, Fred Pallem et ses musiciens ont pioché dans le répertoire de François De Roubaix 14 titres pour un travail de relecture soigné et enthousiasmant.

Fred Pallem & Le Sacre du Tympan - De RoubaixBercé très tôt par les musiques de François de Roubaix que son père lui faisait écouter en voiture sur la route des vacances, par la suite, Fred Pallem n’a plus jamais oublié les ritournelles imaginées par ce génial compositeur de musiques de film mort d’un accident de plongée en 1975, alors qu’il n’avait que 36 ans.
De Roubaix était avant tout un chercheur, un bidouilleur, un musicien qui, comme il le dit lui même sur le titre L’atelier (magistralement repris ici), « jouait très mal de beaucoup instruments ». Mais, à la différence des autres grands compositeurs de musiques de films de cette époque qui eux avaient sans doute reçu une formation classique (Michel Magne, Georges Delerue, Eric De Marsan, Philippe Sarde, etc…), De Roubaix travaillait aussi beaucoup pour la télévision et réussissait à insuffler une dimension pop dans ses compositions, ce qui les rendait tout de suite très accessibles…  et ce qui a sans doute eu aussi pour effet, 30 ans plus tard, de les voir samplées à tour de bras par bon nombre d’artistes. L’exemple plus flagrant étant le fameux gimmick de Dernier Domicile Connu repris en boucle par Robbie Williams pour son titre Supreme en 2001.
C’est bien cette dimension pop que l’on retrouve aujourd’hui dans les réinterprétations proposées par Fred Pallem et Le Sacre du Tympan et qui rend tous ces titres indémodables. Car si certains morceaux semblent encore et toujours rattachés à des images (comme le générique de Commissaire Moulin ou celui de Chapi Chapo), la plupart des thèmes composés par De Roubaix dans les années 70 ont finalement réussi à survire aux films pour lesquels ils avaient été écrits et surtout à résister au temps.
Mais finalement le plus dur pour Fred Pallem et ses musiciens aura été de choisir, de trancher, de sélectionner dans l’abondant répertoire du barbu des titres qui offraient des possibilités intéressantes en terme d’arrangements et de liberté d’expression, tout en gardant à l’esprit la structure originelle des morceaux. Pas facile.
Pourtant, il ressort de cette sélection une certaine cohérence, avec quelques invités de marque qui viennent poser leurs  textes et leurs voix  douces et chaleureuses sur quelques thèmes fameux : Barbara Carlotti pour le superbe Je saurais te retenir, Alexandre Chatelard et Alice Lewis pour Les amis… (deux titres qui, soit dit en passant, auraient pu être composé par Gainsbourg au temps de Je suis venu te dire que je m’en vais), Juliette Paquereau du groupe Diving with Andy sur Enterrement sous-marin et enfin Philippe Katerine sur Chapi Chapo. Pour le reste, on appréciera le stroboscopique et puissant L’atelier, le toujours aussi efficace et cosmique Astralement Vôtre, avec ses basses gourmandes, L’envol et ses arpèges de piano aussi délicats que poétiques ou encore le génial thème jazzy groovy de L’Homme orchestre.
Si cet album comblera, c’est sûr, les fans indécrottables de De Roubaix, on espère qu’il pourra également constituer une porte d’entrée dans l’univers musical foisonnant, passionnant du compositeur de La Scoumoune, pour les autres.
Grâce à Fred Pallem, François De Roubaix est plus vivant que jamais.

Benoit RICHARD

Fred Pallem & Le Sacre du Tympan présentent François De Roubaix
Label : Train Fantôme
Sortie : 16 octobre 2015

Envie de partager :