Benjamin Schoos – Beau futur

Benjamin Schoos - Beau futurIl paraît loin le temps où celui qui se faisait appeler DJ Cinquante Centimes amusait la galerie avec ses parodies et ses chansons au second degré à  l’époque de Miam Monster Miam. l’heure est désormais aux projets ambitieux avec des chansons aux arrangements luxueux faits de cordes, de cuivres et de pianos aériens. Avec ” Beau Futur, ” celui qui a été surnommé”The New Gainsbourg” par le mensuel musical anglais Uncut, nous délivre un disque pop de haute volée, qui lui ressemble.

l’album s’ouvre sur une introduction futuriste (” Uranium 235, “) nous annonçant un départ vers des mondes inconnus, ” Il est temps alors de brancher les réacteurs de secours et pointer la proue du vaisseau vers les confins de la galaxie, ” déclame le chanteur avec sa voix de baryton, à  l’image de la pochette représentant un voyageur harnaché sur un bolide de science-fiction quittant son vaisseau spatial en toile de fond.

On retrouve ensuite le premier titre co-écrit avec Doriand, une chanson pop nostalgique, intitulée ” des lustres, ” qui brille par ses jeux de mots, : ” à‡a fait des lustres que je m’accroche à  toi des lustres que tu ne m’éclaires pas à‡a fait des lustres que je joue au pendu” “.

Puis vient le tour des grands morceaux de l’album, : ” Visiter la lune, ” tout d’abord, chanson poétique qui nous invite à  l’insouciance alors que le temps, cette ” lime qui travaille sans bruit., ” selon un célèbre proverbe algérien, nous guette et finit par nous rattraper. ” Une dernière danse, ” ensuite, dans un duo irrésistible avec Laetitia Sadier, ex-Stereolab, déjà  présente sur l’album précédent sur ” Je ne vois que vous, “.

D.’autres invités de renom, croisés lors de sa longue carrière de producteur, figurent au générique du disque, : Alain Chamfort sur ” Dans les bras de la nuit, ” April March dans un duo moins inspiré intitulé ” J.’ai essayé de t.’aimer, ” La Féline sur ” L.A. Dodge Viper, ” ou encore Michel Moers de Telex sur ” Moonlight D.V., “.

Schoos peut aussi s’appuyer sur des textes ciselés, écrits en grande partie avec l’aide de Jacques Duvall, comme sur ” Cascadeur, ” ballade déchirante et sentimentale qui n’est pas sans rappeler son précédent album. Bien sûr, sur plusieurs morceaux, ” Granite, ” ” Le beau futur, ” ou encore ” Villa Borghini” on sent encore poindre le kitsch et le second degré cher à  l’artiste.

Il n’empêche que Benjamin Schoos à  travers les 16 pistes qui composent l’album, monte petit à  petit en puissance et nous livre un album très attachant, avec son casting aguicheur et ses textes sentimentaux qui naviguent entre fantaisie et mélancolie.

Julien Adans

Benjamin Schoos – Beau futur
Label : Freaksville Record
Sortie : 10 novembre 2014