Weyes Blood – Front Row Seat To Earth

Album après album, l’américaine Natalie Mering affine son projet Weyes Blood et crée un folk lyrique, envoûtant et sans âge.

weyes-blood-photo2016

Il est difficile de concevoir la possibilité de rester impassible à l’écoute des chansons de Weyes Blood. Dès que la voix de Natalie Mering nous parvient, chacun s’arrête et écoute. Puis vient le second temps (délicieux) où notre cœur se serre et notre esprit s’emballe, composant des histoires d’amour pudiques et universelles.

weyes-blood-front-row-seat-to-earth-cover-album

D’abord actrice d’une scène expérimentale, Natalie Mering concrétise avec le projet Weyes Blood l’envie de revenir à des compositions plus accessibles, plus humaines. Son premier album The Innocents sorti en 2014 posait les bases du projet, livrant des chansons folk avec peu d’artifices, intéressantes mais encore en façonnage. Ce sera vraiment Cardamom Times, Ep énigmatique et bouleversant sorti il y a maintenant un an, qui élèvera ensuite la jeune femme en prêtresse folk intemporelle.

Cependant, Natalie Mering n’est visuellement pas le genre de prétresse folk à laquelle on pourrait s’attendre, préférant les sneakers aux sandales et les costumes pailletés aux longues robes bariolées. Sans partir dans des jugements physiques, cette remarque veut soulever l’intérêt qu’il faut porter à la personnalité de la chanteuse. Bien que sa musique ait à première vue l’allure du 33 tours jauni par les années, l’américaine est ancrée dans son époque tout en tentant de prendre du recul. Le titre de l’album Front Row Seat to earth le souligne d’ailleurs parfaitement, et on imagine la jeune femme assise en tailleur, regardant avec omniscience le monde tourner (plus ou moins bien). Comme elle le sous-entend dans une récente interview pour Libé, sa musique n’est pas un revival folk passéiste mais vient plutôt s’inscrire dans une continuité issue de transmissions intergénérationnelles. Ce mélange d’époques devient particulièrement visible dans ses récents clips (par exemple celui de Do you need my love ci-dessous) qui glissent l’audace et l’autodérision de la « génération why » dans un cadre classique.

Front Row Seat To Earth, produit par Chris Cohen, est donc un petit bijou qui nous agrippe grâce à cette voix envoûtante et lyrique à la grande richesse mélodique, mais derrière laquelle se cachent une démarche et une vision du monde séduisantes. Cette intelligence nous fait présager le plus grand bien pour le futur de Weyes Blood et de sa chanteuse Natalie Mering, qui a finalement préféré le statut de sirène à celui de prêtresse comme elle nous le montre dans le clip de Seven Words.

Henri Tournant

Weyes Blood – Front Row Seat To Earth
Sortie le 21 octobre 2016
Label : Mexican Summer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *