La La Land – Damien Chazelle

Sept Golden Globes. Quatorze nominations aux Oscars. Une couverture médiatique retentissante. Tout ça pour ça ! Beaucoup trop esthétisant, La La Land perd en émotion.

Alors oui, c’est indéniable, l’image est belle. Très belle… Mais trop belle. Oui il est possible de faire un film trop beau ! La recherche esthétique à tout prix tue l’émotion du spectateur et c’est malheureusement ce qui se passe avec La La Land. À force de cadrer chaque scène comme un tableau, notre attention sort justement du cadre. Quand au bout de 15 minutes, on en vient à voir la plongée, la contre plongée, le plan séquence… c’est qu’il est déjà trop tard. Impossible de se remettre dans cette histoire d’amour.

La La Land ou l’histoire d’un amour qui finit mal en général. Pas besoin de le chanter comme les Rita pour comprendre dès le départ que ces deux-là vont s’aimer passionnément mais prendre des voies opposées. Si, comme moi, vous vouez un culte aux comédies musicales de Jacques Demy, vous risquez d’être déçu ! Pourquoi ? Parce que la force de Demy était de sublimer une ville comme Nantes – sans la dénaturer – alors que Chazelle en fait du carton-pâte. On se croirait, par moment, dans les pires œuvres de Woody Allen. Si Emma Stone et Ryan Gosling jouent justes, tout semble pourtant si faux. Comme un week-end à Disneyland. La parade est jolie. Tout semble féérique. Mais la magie n’opère pas.

Seules les trente dernières minutes du film sauvent la mise. Justement parce que l’émotion naît tout à coup. Et si…  Damien Chazelle nous refait le film en accéléré. Et c’est en cherchant à ne pas en faire trop qu’il devient créatif. Le réalisateur du très bon Whiplash s’est brûlé les ailes au contact des feux de la rampe. Alors qu’il suffisait de se laisser porter par cette très belle romance. Ce couple d’artistes qui s’aiment et qui n’acceptent pas que l’autre se laisse entraîner vers un chemin qui n’est pas sien. Le film de Chazelle raconte justement la quête de sens dans les ambitions artistiques et dans le geste créatif. Le personnage d’Emma Stone refuse de voir son compagnon oublier son exigence passé et son rêve de toujours. Celui de Ryan Gosling encourage sa bien aimée à aller au bout de son rêve, à sortir de sa zone de confort. Le réalisateur fait tout l’inverse. Il se laisse séduire par les sirènes hollywoodiennes. On le préférait puriste et jusqu’au-boutiste. Tendance jazzy plutôt que pop sucrée !

Delphine Blanchard

La La Land
Film américain réalisé par Damien Chazelle
Avec Ryan Gosling, Emma Stone
Genre : comédie musicale, romance
Durée : 2h08
Date de sortie : 25 janvier 2017

One thought on “La La Land – Damien Chazelle

  1. Ce film est un navet de chez navet ! Scènes de danse  » low cost  » Ce ne sont que des clichés et de la guimauve pour américains sans culture.
    En revanche, très grande efficacité de la Communication sur ce film !
    Quel budget et combien ont touché les pseudo  » critiques spécialisés  » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *