Les décastés d’Orion – Première partie – Éric Corbeyran et Jorge Miguel

Avec Les décastés d’Orion, Les Humanoïdes Associés nous proposent un diptyque de science-fiction qui démarre à tout berzingue !

Les décastés d'Orion - Première partie image

Nos sociétés modernes sont basées sur l’avancée technologique constante où tout devient progressivement robotisé, et de ce fait rapidement obsolète, et personne n’imagine un retour à une ère primaire. À travers Les décastés d’Orion, adaptation de La Croix des Décastés de Julia Verlanger, parue en 1977, Éric Corbeyran et Jorge Miguel se penchent sur cette problématique en évoquant la possibilité d’involution des civilisations.

Éric Corbeyran et Jorge Miguel – Les décastés d'Orion - Première partieLe cadre est planté d’emblée : un univers fictionnel où les humains, après avoir colonisé une autre planète, ont fini par régresser en oubliant leur passé. On s’aperçoit vite que, depuis leur implantation sur cette nouvelle terre, ils ne sont plus maîtres de leur destinée : des entités, bien plus évoluées qu’eux, les surveillent sans pourtant ne jamais intervenir…

Dans ce monde hiérarchisé autour de groupes sociaux (soldats, religieux, chasseurs, marchands…), Kolhen fait partie de la caste des guerriers, un milieu favorable et protégé. Ce statut, il le perd le jour où il est surpris à flirter avec une prêtresse de la fertilité. Les relations inter-clans, prohibées par la loi, le mènent à être condamné en place publique et déchu au rang de paria. Victime des hostilités entre les deux camps en proie à une lutte de pouvoir, il comprend trop tard qu’il a été piégé par son amante. Envoyé au bagne, il échappe à ses geôliers en compagnie de Tryanna, détenue pour un sombre motif : avoir été témoin d’un compromis entre les garants du culte et un mystérieux individu possédant un objet à la lumière étourdissante et un véhicule volant. Dès lors, les deux évadés s’engagent dans une traque motivée par la vengeance.

Les auteurs nous offrent un premier tome lancé à tombeau ouvert, qui plonge au cœur du sujet sans autre forme de procès. Les rebondissements s’enchaînent à vive allure, ne laissant jamais le temps au lecteur de reprendre son souffle. Entre échauffourées, piraterie, manipulations, trahisons…, le scénario est plutôt attendu, avec une aventure de science-fiction classique au contexte effacé derrière l’action. D’ailleurs, jusqu’à la fin du récit, très peu d’informations sont distillées concernant les personnages, l’environnement et la société au sein desquels ils évoluent ou les événements qui ont poussé l’être humain à péricliter. Un flou intrigant qui attise la curiosité, parfaitement servi par la partition graphique de Jorge Miguel. Son trait réaliste appuie la rythmique de l’histoire et ajoute la touche d’épices propice à ce voyage dans un monde à la fois futuriste et rétro !

Cependant, il nous faudra patienter jusqu’à la sortie du second et dernier volume pour en savoir plus sur ce qui a mené les hommes à la situation actuelle et surtout apprendre qui sont ceux qui gardent un œil sur eux… en espérant que le voile sera levé !

Simon BAERT

Les décastés d’Orion – Première partie
Scénario : Éric Corbeyran
Dessin : Jorge Miguel
Éditeur : Les Humanoïdes Associés
46 pages – 13€ 95
Date de sortie : 4 janvier 2017

Les décastés d’Orion – Première partie – Éric Corbeyran et Jorge Miguel – Extrait :

Éric Corbeyran et Jorge Miguel – Les décastés d'Orion - Première partie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *