Oddfellow’s Casino – Oh, Sealand

Oddfellow’s Casino tutoie encore les sommets de la pop anglaise avec Oh Sealand, sixième album d’un raffinement total. Alors à quand la reconnaissance ?

Oddfellow's Casino

C’est une évidence depuis longtemps, Oddfellow’s Casino est sans aucun doute l’un des groupes de pop anglaise les plus sous-estimés de sa génération. Depuis 2002, il enchaîne des albums plus soignés les uns que les autres sans que la planète indie-pop ne s’en émeuve outre mesure, à l’image du bouleversant The Water Between Us paru en 2014.
Est-ce le trop grand raffinement de leurs compositions ou bien est-ce le désintérêt de la presse anglaise pour ce genre de musique aujourd’hui  ? Une chose est sûre, Oddfellow’s Casino reste encore à ce jour un trésor bien caché. Et ce n’est pas ce superbe Oh, Sealand qui devrait modifier la donne.

Oddfellow's Casino – Oh, Sealand cover album 2017A la tête du collectif, on retrouve David Bramwell, musicien chanteur mais également écrivain et producteur radio à la BBC. Depuis son fiel de Brighton, il poursuit tranquillement son œuvre, dévoilant une fois encore une écriture très maîtrisée qui, au fil des années, ne montre aucun signe de faiblesse. Bien au contraire, le style s’affine, plus élégant que jamais, nourri de références littéraires, d’expériences de voyage ou de cinéma. On y entendra la voix de l’écrivain Alan Moore – le brillant auteur de The Watchmen, ou V pour Vendetta –, mais ainsi une chorale de marins et l’hymne non-officiel de la principauté́ de Sealand, un micro-état installée sur une ancienne plate-forme militaire à quelques miles de la côte anglaise.

Comme à son habitude, Oddfellow’s Casino propose un album extrêmement varié, alternant les ambiances dans des titres aux arrangements sophistiqués mais jamais démonstratifs, réussissant comme une sorte de grand écart entre David Sylvian (pour les moments les plus intimes) et des groupes indé anglais des années 90 (pour le versant le plus rock de l’album). Une performance encore remarquable pour un album très équilibré, sans baisse de régime, à la hauteur du talent de son géniteur dont on espère, au bout de 15 ans, que la reconnaissance soit au rendez-vous avant la Saint-Glinglin.

Benoit RICHARD

Oddfellow’s Casino – Oh, Sealand
Label : Microcultures
Date de sortie : 4 juillet 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *