Il s’appelait Ptirou – Laurent Verron & Yves Sente

On désespérait de la série Le Spirou de… qui en arrivait à sa douzième tentative de faire revivre l’un de nos personnages préférés de la BD franco-belge classique, sans beaucoup de succès. Il s’appelait Ptirou montre qu’on avait tort…

Il s'appelait Ptirou, image

Les adaptations du personnage de Spirou par des auteurs modernes (on est déjà au douzième tome de cette série à l’opportunisme certain !) sont suffisamment critiquables pour ne pas célébrer aujourd’hui avec enthousiasme les rares réussites dans un genre aussi difficile.
Il s’appelait Ptirou est sans aucun doute la plus belle œuvre de la série depuis le formidable Journal d’un Ingénu d’Emile Bravo : s’il s’agit à nouveau ici de revenir aux sources d’un personnage mythique de la BD franco-belge du XXème siècle, Yves Sente et Laurent Verron ont préféré nous raconter la genèse du personnage du groom roux, qu’ils situent lors de la rencontre (imaginaire, on suppose) entre son créateur Rob-Vel et un petit mousse du paquebot transatlantique Ile-de-France.

Il s'appelait Ptirou - Verron & Y. Sente couvertureEt nous voici partis dans une belle et sombre « histoire de l’Oncle Paul » (encore une mise en abyme, joliment pertinente par ailleurs) qui nous raconte, à nous petits enfants émerveillés, une grande histoire d’amour, de lutte des classes, de maladie et de mort lors d’une traversée mouvementée. Si l’on peut penser parfois au Titanic de James Cameron, Il s’appelait Ptirou reste assez décalé et original pour que l’on puisse s’enthousiasmer sans réserve : le dessin et la mise en couleurs sont une réussite, mais c’est l’histoire, complexe, poignante, très « adulte » puisqu’elle finira en tragédie (qu’on dissimulera pudiquement aux yeux des enfants…), qui frôle quasiment la perfection… Quasiment, parce que l’on sent une certaine précipitation à avancer dans un récit qui aurait bien mérité une trentaine de pages de plus pour se déployer en toute majesté.

Voici en tout cas une histoire superbe, un splendide hommage à l’un des plus beaux héros de la Bande Dessinée, qui se double d’un émouvant travail de mémoire vis à vis du prolétariat de la première moitié du XXème siècle qui n’avait que le droit de servir les puissants, et ce jusqu’à la mort.

Eric Debarnot

Il s’appelait Ptirou
Scénario :‎ Yves Sente
Dessin : Laurent Verron
Editeur : Dupuis
80 pages en couleurs – 16,50€
Parution : 24 novembre 2017

Extrait :

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Expression tatoo Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Expression tatoo
Invité

Merci pour cette critique, j’ai assez envie de voir le contenu de cette ouvrage. Je dois dire que dans mon enfance, j’étais un véritable fan de Spirou