Avant l’aurore : rencontre avec les fantômes de Phnom Penh

Depuis Phnom Penh, cette histoire abrupte sous la forme d’une vibrante chronique suit le destin d’un travesti proche de la cinquantaine surnommé Mirinda à travers ses activités dans les quartiers miséreux de la capitale cambodgienne.

AVANT L'AURORE photo
Copyright Divulgação Rio Festival de G&S

Découvert dans la sélection ACID du Festival de Cannes 2012 avec l’audacieux road movie Casa Nostra, le réalisateur français Nathan Nicholovitch revient dans la même section en 2015, pour livrer De l’ombre il y a renommé depuis Avant l’aurore, son deuxième long métrage nourrit par un court métrage No Boy (2013) illustrant ses nombreuses rencontres au Cambodge et son attachement viscéral à ce pays.

Comme par effraction, la première scène nous plonge directement dans la nuit où, petit à petit, par petites touches de plus en plus distinctes, le spectateur découvre (une femme ou un homme ?) en train de pratiquer avec compétence une fellation à un homme juché au-dessus de lui en train de photographier l’acte. L’échange d’argent éclaire tout de suite la nature de la prestation. Nous venons de faire d’emblée connaissance avec Mirinda, travesti français au corps marqué par l’existence, une sorte d’Iggy Pop au visage émacié, grand et fragile à la fois, où sa longue chevelure, ses bijoux et son maquillage tentent de masquer le temps qui abîme son enveloppe corporelle aux veines saillantes où même sa dentition devient problématique. Mirinda survit ainsi dans un logement de fortune entre la location de son corps dans des clubs pour adultes, drogues en tous genres, fêtes et vie commune avec un amant encombrant qui ne cesse de dilapider l’argent dans l’alcool quand il a fini de vendre ses nouilles par le biais d’une charrette ambulante.

AVANT L'AURORE afficheDe manière quasi documentaire la caméra explore en totale immersion ces quartiers de misères dépeint sans concession, au plus près des corps et des multiples méfaits qui grouillent dans une ville bruyante et poisseuse, emblématique des problématiques qui gangrènent le Cambodge d’aujourd’hui.
À travers le parcours de Mirinda obsédé, par sa jeunesse qui s’enfuit un peu plus chaque jour, rêvant concrètement de se faire tirer le visage par un chirurgien esthétique, la narration errante embrasse un portrait de cette ville complexe. Dans son sillon, le récit nous invite à rencontrer Judith une amie expatriée travaillant pour le Tribunal International de La Haye afin de retrouver un ancien bourreau Khmer rouge et par hasard une jeune fille muette dont nous allons découvrir qu’elle propose aux touristes de faire « boom boom » avec elle pour 5 euros.
Ces trois destins intimes esquissent un portrait chaotique d’un pays  autour de plusieurs thématiques : les fantômes des horreurs commises par le régime de Pol Pot dans les années 70 qui hantent encore la région, la prostitution infantile, le tourisme sexuel, le trafic mafieux, la drogue, la violence envers la communauté LGBTQ et la question du lien parental.
Mais malgré cette noirceur décrite avec un réalisme cru, le metteur en scène ne verse jamais dans le glauque et se sert de cette obscurité pour, paradoxalement, immerger son film de lueurs positives.

Avant l'aurore Photo
Copyright Aramis Films

La narration s’avère parfois fragile comme pour mieux illustrer la trajectoire des deux principaux protagonistes Mirinda (ébranlé par un événement tragique) et Panna, la petite adolescente de 12 ans, qui vont apprendre à s’apprivoiser sous l’acuité des cadres où les jeux de lumière viennent briser l’obscure des âmes. Du chaos naît la lumière. Le romanesque de cette rencontre improbable apporte du souffle au récit et permet à ces deux êtres vacillants de se remettre à avancer debout, pour s’aventurer ensemble dans un monde où le bruit s’éloigne, les mots se font plus rares, laissant ainsi place, par petites touches, à un lien invisible, attachant, inéluctable entre ces deux cabossés de la vie.

Cet âpre long métrage brutalement doux où les errements par le biais d’ellipses narratives embrassent aussi bien le présent que le passé. Le réalisateur, avec bienveillance, capte ainsi les vibrations et les sentiments rédempteurs de ses personnages et d’un pays tout entier. Un attachant conte très ancré dans le réel qui nous révèle au grand jour le troublant David D’Ingeo, dont le corps transpose les maux intérieurs avec puissance et grâce à mesure que sa silhouette quitte la rue pour d’autres paysages plus sereins. L’autre révélation, c’est Panna Nat, une jeune et lumineuse actrice non professionnelle dont la subtilité de jeu se révèle remarquable de pudeur tout en émotions contenues.

Venez accompagner Mirinda à travers cette subtile odyssée de la nuit vers le beau, habitée parvec  à travers le sensible Avant l’aurore. Un film coup de poing. Dérangeant. Humain. Exigeant. Vivant.

Sébastien Boully

Avant l’aurore
Film français réalisé par Nathan Nicholovitch
Avec David d’Ingeo, Panna Nat, Clo Mercier, Viri Seng Samnang
Genre : Drame
Durée : 1h45m
Date de sortie : le 19 septembre 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des