Capharnaüm : au cœur des souks et des taudis de Beyrouth

Capharnaüm embarque le spectateur au sein d’une poignante odyssée dépeignant le destin de Zain, jeune réfugié syrien de 12 ans vivant clandestinement avec ses parents dans les bidonvilles de Beyrouth. Un déconcertant parcours chaotique et  intime qui va faire du bruit !

Capharnaüm Photo

Découverte à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2007 avec le délicieux Caramel, la talentueuse réalisatrice libanaise Nadine Labaki récidive avec l’excellent Et maintenant on va où ? présenté dans la sélection cannoise « Un Certain regard » lors du festival 2011. Sept ans de réflexion plus tard, l’auteure revient sur la croisette en compétition officielle du Festival de Cannes 2018, avec un projet personnel ambitieux : Capharnaüm (récompensé par le Prix du Jury notamment). À l’instar des yeux bien humides de Cate Blanchett (présidente du jury cannois) à l’issue de la projection, le long métrage débarque dans les salles obscures et devrait valoir des vagues d’émotion lacrymales. Préparez vos mouchoirs.

Capharnaüm afficheTrès vite, la metteuse en scène nous plonge à l’intérieur d’un tribunal puis dans le regard triste de Zain cet enfant sans lueur dans les pupilles, mais animé d’une farouche volonté d’attenter un procès à ses parents ! « Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? » demande le juge à l’enfant : « Pour m’avoir donné la vie ». La réponse est rageuse et la séquence introductive saisissante. Le ton est donné !
À travers une construction en flash-back, la caméra à l’épaule de Nadine Labaki va coller quasiment tout le temps aux sandalettes roses de son petit héros débrouillard. Une descente aux enfers où Dante n’est jamais loin qui se traduit par une impressionnante immersion dans les quartiers miséreux et insalubres de Beyrouth où l’image évoque les récits des romans de Charles Dickens ou le long métrage The Kid (1921) de Charlie Chaplin.

La mise en scène opte le plus souvent pour de captivants longs plans séquences, pour suivre le parcours mouvementé de ce jeune Gavroche qui va rencontrer Rahil, une immigrée éthiopienne et faire connaissance avec Jonas, l’enfant de cette jeune femme précarisée. De manière quasi documentaire, l’œil de la caméra est là pour témoigner de multiples situations de misère et de débrouillardise existantes, sans faire trop de misérabilisme malgré une musique parfois un peu trop présente pour émouvoir le spectateur.
Mais la sincérité de la narration submerge tout, tant l’énergie de ce jeune garçon des rues nous prend littéralement aux tripes. Le choix des situations et des séquences soulignent avec éloquence le poids de ces vies précaires, une fresque du Quart-monde particulièrement percutante. Il faut dire que la réalisatrice au moment du montage possédait plus de 500 heures de rush et a su extraire avec habilité la substantifique moelle pour donner à son récit une ampleur romanesque stupéfiante.

Cette virevoltante et mélodramatique aventure sonne juste, n’en déplaise aux citadins des pays riches qui traversent la rue pour prendre un petit noir au café de Flore, « Le Monde » sous le bras et la tablette en mains, car la réalisatrice s’est imprégnée longuement de ces rues tentaculaires ainsi que de nombreux témoignages et récits de vie pour évoquer le sort des migrants, des sans papiers, des enfants maltraités et divers trafics.
La dureté du monde n’est pas démagogique, et la dictature du misérabilisme est renversée par la réalisation de l’audacieuse Nadine Labaki qui n’hésite pas dans certaines bulles de respiration stylisées à offrir un peu de beauté pour changer nos regards sur la vie de ces laissés pour compte.

Sans jamais être indécent, avec tact et pudeur, le film déploie une sincérité épatante en utilisant de vrais décors et de vraies personnes (à l’exception de l’avocate du jeune Zain interprétée par la réalisatrice elle-même) pour dresser le portrait de Zain, ce jeune rebelle envers ses parents et le Liban  » pays de merde « , transformé trop tôt en adulte pour survivre dans cette vie de misère.
Ce superbe mélo immersif repose sur l’épatante incarnation du sensationnel jeune Zain Al Rafeea, absolument attachant, et dont le regard troublant n’a pas fini de vous hanter durablement après la projection.

Venez suivre l’incroyable lutte quotidienne dramatique de ces gamins des rues livrés à eux-mêmes au cœur des souks et des taudis de Beyrouth, dont l’effervescence inonde cet émouvant Capharnaüm. Frénétique. Authentique. Poignant.

Sébastien Boully

Capharnaüm
Film franco-libanais réalisée par Nadine Labaki
Avec Zain Al Rafeea, Yordanos Shifera, Nadine Labaki
Genre : Drame
Durée : 2h03m
Date de sortie : le 17 octobre 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des