Coupez vos téléphones et entrez dans « Le jeu » de Fred Cavayé

Bénéficiant d’un casting déchaîné, Fred Cavayé livre un huis-clos maîtrisé, saupoudré d’humour noir, qui souffre juste de sa double fin inutile.

Le Jeu Photo Grégory Gadebois, Roschdy Zem

Les films français se déroulant en huis-clos avec une troupe d’acteurs célèbres sont légion, du culte Le Père Noël est une ordure en passant par Le Prénom ou Le Code a changé. C’est même devenu limite une spécialité hexagonale voire un sous-genre en soi au fil des années. La plupart du temps ce sont des comédies à la limite de la pièce de théâtre filmée, ce qui n’est pas forcément une critique.
Fred Cavayé, que l’on a découvert grâce à ses thrillers musclés qui ont renouvelé le genre en France à leur petite échelle (A bout portantPour elle…) a, semble-t-il, pris goût à tourner des comédies après le succès du très moyen  Radin avec Dany Boon. Avec Le Jeu, on est davantage conquis car c’est bien plus maîtrisé et sympathique.

Le Jeu AfficheMais que ceux qui s’attendent à une franche comédie populaire, dans le style des produits – le mot est choisi – de Fabien Onteniente par exemple, en seront pour leurs frais. Cavayé a choisi de mettre de l’aigreur dans son film, de le saupoudrer d’humour noir mais surtout d’y verser une bonne dose de drame. Ce qu’il perd en humour, il le gagne néanmoins en profondeur. Alors oui, on rit à plusieurs reprises, le comique de situation fonctionnant à plein régime et certaines répliques étant vraiment bien mises en bouche. Il faut dire que le postulat de faire mettre sur la table à tous les convives d’un dîner leur téléphone de manière à partager tout ce qu’ils reçoivent est carrément excellent. Non seulement l’idée tient du génie, mais elle est également optimisée à merveille dans Le Jeu à tel point qu’un remake américain ne serait pas étonnant. Mails, SMS, appels, Skype, tous les moyens de communication sont passés en revue, montrant que nos téléphones deviennent les coffre-forts de nos secrets les plus intimes, et par ricochet, les outils parfaits de nos mensonges et tromperies.

Le film est donc plutôt drôle mais ce n’est pas non plus le grand fou rire annoncé.

Non, car Cavayé à l’intelligence de rendre Le Jeu bien moins frivole et ludique qu’en apparence, ce qui surprend au début. Les secrets et cachotteries de chacun sont vecteur de scènes dignes d’un vaudeville mais également de drames et de crises de couple. Le personnage joué par Suzanne Clément, drôle au début, se révèle de plus en plus émouvant et triste. Celui de Grégory Gadebois, au détour d’une tirade finale magnifique, s’affirme comme touchant et juste. Et, lors d’une scène qui titille vraiment les glandes lacrymales, Bérénice Béjo est bluffante.

Cavayé a donc su mélanger humour et émotion dans un dosage parfait.

Un cocktail bien sympathique rehaussé d’une mise en scène qui s’affranchit le plus possible du statut de huis-clos du long-métrage et agrémenté d’un constat sociétal fort distillant pas mal de vérités sur ce qu’est le couple d’aujourd’hui. Quant à l’excellence d’une distribution parfaite, homogène, où personne ne tire la couverture, elle n’est pas étrangère à cette réussite. On reprochera néanmoins une double fin totalement inutile qui parasite un peu le résultat, comme si Cavayé avait peur de terminer son film de manière grave. Et là il se tire un peu une balle dans le pied…

Rémy Fiers

Le Jeu
Film français de Fred Cavayé
Avec Bérénice Bejo, Suzanne Clément, Stéphane De Groodt…
Genre Comédie dramatique
Durée : 1h 30min
Date de sortie 17 octobre 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des