Sunset : László Nemes filme la fin d’un Monde

Quatre ans après avoir proposé une inédite représentation de l’abomination avec le puissant Le Fils de Saul, László Nemes livre un sublime drame intime au cœur de l’empire austro-hongrois à Budapest en 1913.

Sunset Photo Juli Jakab
Copyright Laokoon Filmgroup – Playtime Production 2018

Ce radical nouvel objet cinématographique s’ouvre sur le visage d’une jeune fille, Irisz Leiter, dont le voile se lève, comme pour mieux annoncer d’emblée ses intentions sur son retour dans cette luxueuse fabrique de couvre-chefs pour la haute bourgeoisie hongroise, appartenant autrefois à ses parents. Cette ouverture définit d’entrée l’ambition retorse du cinéaste en dévoilant un visage dont le parcours sera bien moins clair que ce que cet acte laisse présager, et pose directement notre regard complice sur l’héroïne de l’intrigue, dont le spectateur va suivre le point de vue. Cette optique narrative s’accompagne d’une mise en scène collant constamment au plus près d’Iris, à travers de longs plans séquences anxiogènes. La caméra opte pour le choix de la pellicule 35mm et du format 1:1.85 pour une meilleure optique sphérique, enfermant ainsi le personnage dans une vision floue du monde qui l’entoure à l’arrière-plan, au sein d’une superbe photographie à la teneur chromatique qui sied parfaitement avec l’époque et à la poussiéreuse ville de Budapest de la Belle Époque.

Sunset AfficheLászló Nemes invite le spectateur à suivre cette jeune femme assez mutique dans une quête intime, à la recherche de son frère accusé d’avoir voulu assassiner le nouveau propriétaire du magasin, et de faire partie d’un groupuscule révolutionnaire prêt notamment à mettre le feu à cette boutique représentant le luxe. À travers les pas de la jeune femme, faisant face à l’adversité du nouveau patron et de ses collègues pour récupérer « son héritage familial » et la découverte d’un obscur secret, la caméra immersive dépeint un monde bouillonnant où l’insouciance d’avant-guerre se mélange au déclin de la monarchie en Europe.
Le scénario se dévoile par petites pièces d’un puzzle à reconstituer grâce à des phrases minimalistes, bribes de mots ou non-dits, avec une subjectivité opaque, reflétant les doutes de la protagoniste illustrés de façon pertinente par une bande son extrêmement travaillée, où de nombreux bruits sourds, vacarme urbain et conversations inaudibles amplifient cette sensation anxiogène ressentie par Irisz.

Sunset est une œuvre romanesque où le cinéaste préfère jouer des ambivalences pour mieux accompagner ce voyage initiatique à l’esprit kafkaïen en cassant les codes de la psychologie du personnage pour nous faire plus ressentir que tout comprendre. Cette expérience sensorielle immersive déroutante conduit le spectateur exigeant à un passionnant voyage dans les profondeurs de l’âme humaine avant que le monde s’écroule sous le bruit et la fureur des tranchées de la Grande Guerre. Cette fable cruelle métaphorique révèle un monde qui sombre autour de cette jeune femme.  Un magistral long métrage avec de superbes costumes et décors, plus le somptueux morceau de Franz Schubert La Jeune fille et la mort pour accompagner le cheminement d’Irisz (révélation de l’actrice Juli Jakab) dans sa quête de vérité, jusqu’à la chute…
Venez escorter le chemin embrumé de cette jeune femme, et venez vous perdre auprès d’elle dans les prémices d’un monde au bord du chaos au sein de Sunset. Vertigineux. Elliptique. Impressionnant. Somptueux.

Sébastien Boully

Sunset
Film hongrois réalisé par László Nemes
Avec Juli Jakab, Vlad Ivanov, Evelin Dobos
Genre : Drame / Historique
Durée : 2h23
Date de sortie : 20 mars 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des