90’s : retour vers l’adolescence de Jonah Hill

Pour son premier film, l’acteur américain Jonah Hill signe une attachante petite chronique 90’s en forme de récit d’apprentissage. Un film juste mais sans réelle profondeur.

90's Photo Gio Galicia, Na-kel Smith
Copyright Tobin Yelland

Jonah Hill, l’acteur révélé par des comédies potaches telles que Supergrave, ou encore star dans l’excellente adaptation cinématographique de la série 21 Jump Street et qui s’est forgé une réputation plus sérieuse avec des films comme Le Loup de Wall Street, réalise déjà son premier long métrage alors qu’il a à peine trente printemps. Autodidacte et laissant parler ses talents autant devant la caméra que dans l’écriture, le voilà donc en train d’ajouter une nouvelle corde à son arc artistique avec 90’s. Un récit qu’il a écrit et donc que l’on imagine en partie autobiographique, inspirée de son enfance ou de ce qu’il a pu y voir dans le Los Angeles du milieu des années 90… une période qui devient très (et logiquement) à la mode en ce moment faisant résonner la fibre nostalgique des trentenaires actuels.

90's affiche filmA ce niveau, c’est réussi, tant le néo-cinéaste parvient à retranscrire l’ambiance de cette époque à travers la bande originale, les modes et traditions de l’époque, notamment vestimentaires. Si le film suit une bande de skate-boarders, il n’est pas une analyse de ce milieu comme Les Seigneurs de Dogtown de Catherine Hardwicke par exemple. C’est juste une toile de fond qui permet de suivre le passage de l’enfance à l’adolescence de Stevie, le protagoniste principal. On est en plein dans un récit d’apprentissage, davantage qu’un récit initiatique, où le jeune garçon va devoir affronter les déboires qui vont de pair avec le fait de grandir (incompréhension parentale, envie de faire comme les aînés…) ainsi que les joies d’être un grand (le fait d’être admis dans un groupe, une certaine liberté, …). Tout cela est bien dépeint, avec finesse et justesse. On doit même reconnaître pas mal de petits détails universels à cet âge ou de moments vécus (le combat avec le grand frère).

90’s a, de plus, le mérite d’être très bien filmé mais sans jamais se transformer en exercice de style prétentieux propre à certains premiers films. Certaines scènes sont très belles (l’arrivée des flics dans un parc de skate, la scène finale), et le long-métrage réussit le tour de force de faire fonctionner la corde nostalgique à plein régime quand bien même on n’a pas vécu dans le L.A. des années 90. De plus, Hill a parfaitement cerné la psychologie des adolescents, qu’ils soient seuls ou dans une dynamique de groupe. Tout cela semble donc très réussi. Oui, mais le film ne dépasse malheureusement jamais le stade de la gentille et simple première œuvre. C’est très anecdotique, et ça manque réellement de profondeur. En somme, 90’s est un chronique attachante mais malheureusement très vite oubliée.

Rémy Fiers

90’s
Film Américain de Jonah Hill25
Avec Sunny Suljic, Katherine Waterston, Lucas Hedges…
Genre Comédie dramatique
Durée : 1h 24min
Date de sortie 24 avril 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des