Dieu existe, son nom est Petrunya : chacun cherche sa croix

Une jeune femme tient tête au patriarcat religieux de sa ville, (presque) seule et contre tous. Entre cauchemar ubuesque et fable sociale édifiante, Teona Strugar Mitevska signe un film cinglant dans l’air du temps.

Dieu existe, son nom est Petrunya : Photo Zorica Nusheva, Stefan Vujisic,

Sur un coup de tête, elle s’est jetée à l’eau, comme ça, toute habillée. Elle s’est dit qu’elle aussi, après tout, pouvait récupérer cette foutue croix en bois et avoir droit à la prospérité et au bonheur, assurés à celui qui parvient à attraper cette croix jetée dans la rivière par le prêtre de cette petite ville de Macédoine du Nord. Seulement voilà, il n’y a que les hommes qui peuvent participer à ce rituel annuel (très populaire en Europe de l’Est), à pouvoir plonger dans la rivière pour récupérer cette croix, et ces hommes-là sont furieux quand Petrunya, une femme, la récupère à leur place et sous leur nez. Et pour Petrunya, qui refuse de redonner cette foutue croix, les ennuis vont commencer.

Dieu existe, son nom est Petrunya : AfficheL’événement déclencheur de l’histoire, édifiante, pourrait avoir quelque chose de forcé, quelque chose de trop flagrant dans sa charge contre un patriarcat sociétal et religieux confortant la domination masculine, à tous les niveaux, sauf que le fait est réel, survenu en 2014 à Stip, et que l’on a traité cette femme de folle, de perturbatrice (elle est partie depuis vivre à Londres). Teona Strugar Mitevska, si elle dénonce évidemment cet environnement traditionnaliste et misogyne (voir l’entretien d’embauche de Petrunya face à un odieux chefaillon) laissant peu de place à l’émancipation féminine, choisit surtout de s’intéresser, via deux autres personnages que sont une journaliste et un jeune policier, à comment amender ces pratiques pour permettre enfin un esprit d’égalité.

Le film fait parfois rire, tant certaines situations confinent au cauchemar ubuesque. Parfois il fait froid dans le dos quand une foule d’hommes transformée en meute belliqueuse s’en prend à Petrunya (on ne peut s’empêcher alors de penser à Julia, agressée récemment place de la République à Paris), ou quand on la traite de tous les noms et qu’on lui crache au visage, ou quand sa propre mère enrage de son geste «blasphématoire». Mais c’est à travers ce geste que Petrunya, dont Zorica Nusheva prête admirablement le visage fier et buté, confronte l’absurdité, l’obsolescence de codes machistes et de règles d’un autre âge dont l’État (les policiers) et l’Église (le prêtre), et même la famille (la mère), se veulent les garants soi-disant moraux et inamovibles. Et faisant écho à la hardiesse de Petrunya, cette année, en Serbie, une autre femme a attrapé la croix. Plutôt que de l’abhorrer, on lui a fait une ovation. Teona Strugar Mitevska veut y croire : «Le monde change vite, cela me remplit d’espoir».

Michaël Pigé

Dieu existe, son nom est Petrunya
Film macédonien réalisé par Teona Strugar Mitevska
Avec Zorica Nusheva, Labina Mitevska, Stefan Vujisic…
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h40min
Date de sortie : 1er mai 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des