Tanika Charles – The Gumption : Toutes les nuances de la Soul

Une fois de plus, le label italien Record Kicks confirme son flair (et son oreille) pour nous dénicher de nouvelles pépites Soul. Après Baby Charles, Gizelle Smith, Marta Ren, Hannah Williams… voici, ou plutôt revoici la canadienne Tanika Charles.

Après un premier album sorti en 2017 Soul Run, qui avait été nommé entre autres aux Junos Awards 2017 (les Grammys canadiens), et avait enchanté un large public, la canadienne Tanika Charles revient et s’affirme avec The Gumption, un album aux accents toujours rétros, mais dont la production sonne bien moderne.

Tanika Charles – The GumptionGumption pourrait se traduire par jugeote, et elle en a eue Tanika de la jugeote pour s’entourer des producteurs canadiens Chin Injeti (Eminem / Drake…), Dj Kemo (The Rascalz…) et Daniel Lee (Hooded Fang…), car ils ont trouvé comment la mettre en valeur à travers les 12 morceaux de cet opus, composés par ses amis Daniel Lee, Marlon James ou Kevin Henke. Tanika a posé ses textes sur leurs partitions (à moins que ce ne soit l’inverse) pour revisiter 50 ans de musique Soul.

A peine le disque posé sur la platine que l’on se croirait à Brooklyn avec les Dap-Kings, l’intro de Tell Me Something rappelant sans conteste le groupe maison de Daptone Records qui n’a eu de cesse d’accompagner Sharon Jones jusqu’à son grand départ ! Le ton est donc donné et on veut en savoir plus.
On entend par exemple du Gospel sur le refrain en chœur de Love Overdue, puis de la soul 60’s avec Remember to Remember ou dès le début on pense aux productions Motown comme les Suprêmes, mais couplé à un arrangement moderne et un phrasé hip-hop qui vers la fin du morceau nous emmène directement dans les 90’s.
Quand Upside Downdémarre on retourne direct à Détroit en imaginant les Temptations accompagnant notre canadienne sur scène, avant que progressivement le morceau ne glisse vers un son plus psyché avec des riffs de guitare et une grosse caisse lui donnant une belle énergie.

Il y a aussi le trop court Cadillac Moon avec ses airs nu-soul enivrants, ou le dynamisme pop de Going Home, un morceau qui nous emmène en voyage en cherchant un chemin qui se défile devant nous, puis également Cool Scorpio, une balade pop groovy qui nous enveloppe et nous apaise. Bref, vous l’aurez compris, cet album est Soul mais éclectique, avec un mélange des styles qui fonctionne bien, l’ensemble étant cohérent et efficace.
Mais le meilleur est pour la fin avec Always Restless, qui contrairement à ce que le titre laisserait penser, est un petit bijou de douceur en mode guitare / voix (avec même quelques violons à la façon Motown) qui clôture parfaitement l’écoute de l’album.

Le contrat est plus que rempli, Tanika a fait le job et il ne reste plus qu’à déguster.

Arnold PIJOT

Tanika Charles – The Gumption
Label : Record Kicks
Date de sortie : 10 mai 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des