Les Météorites : une chronique sociale lumineuse et poétique

Les Météorites traverse lumineusement le paysage du cinéma français pour nous offrir cet attachant portrait d’une jeune adolescente en quête d’aventure, au milieu d’une petite bourgade de l’Hérault en plein cœur de l’été.

Les Météorites Photo Zéa Duprez
Copyright LES FILMS DU CLAN

Diplômé de la réputée école de la FÉMIS en 2013, puis auteur de trois courts-métrages, Romain Laguna opte avec son premier long métrage pour une chronique d’émancipation tournée dans sa région natale. Le sujet n’est pas forcément original mais le réalisateur capte avec sincérité une jeunesse désabusée qui rêve de s’affranchir d’une morne existence. Dès le premier plan le cinéaste invite à l’aventure avec l’image d’un immense pont suspendu, et une jeune fille qui court pieds nus de dos et rage d’avoir loupé son bus.

Les Météorites AfficheEn quelques gestes, le spectateur fait connaissance avec le caractère effronté et teigneux de Nina, une jeune fille de 16 ans. Elle vit avec sa mère peu présente, travaille comme job d’été dans un parc d’attractions préhistorique composé de dinosaures en plastique. Un quotidien somme toute ennuyeux avant que Nina assiste au passage d’une météorite au-dessus des superbes montagnes de l’Occitanie venue s’écraser non loin du village. Nina vit ce spectacle naturel comme le symbole d’une nouvelle vie… Peu après elle rencontre Mourad, un jeune bad boy séduisant, le signe fort est là, assez pour s’éprendre à ce « je »…

Le réalisateur dépeint ce récit initiatique amoureux, d’éveil à la sexualité et de quête existentielle par le biais d’une mise en scène au plus près de sa jeune ingénue, la caméra captant son destin de façon sensoriel dont le format 4:3 renforce la proximité. Un choix du cadre audacieux pour dépeindre de façon naturaliste le portrait d’une jeunesse tourmentée, bien de son époque (rap, fringues, mélange de racines culturelles, adultes quasiment absents) mais qui a du mal à se projeter dans l’avenir.

Le cinéaste utilise également des éléments sonores et géographiques pour renforcer l’aspect organique du film en mêlant aussi les codes du cinéma fantastique avec de judicieuses séquences oniriques faisant écho avec l’aspect symbolique de la météorite… Le mélange de tons ainsi qu’un casting composé d’acteurs non professionnels donnent une touche de fraîcheur et d’authenticité particulières et nous révèle au grand jour l’irradiante Zoé Duprez, jeune actrice charismatique, à la fois roc d’intensité et lumineuse de détermination dont l’incarnation minérale devrait lui ouvrir d’autres rôles. Une jeune héroïne qui n’est pas sans nous rappeler l’épatante Noée Abita dans Ava (2017) de Léa Mysius mais aussi Sandrine Bonnaire dans le chef-d’œuvre À nos amours (1983) de Maurice Pialat.

Venez accompagner avec tendresse, sous la chaleur de l’été, le parcours d’éveils et les émois de Nina face à la « brutalité » masculine, notamment. Les Météorites, véritable roman d’apprentissage cinématographique, s’avère être un modeste et prometteur premier film. Sauvage. Poétique. Attachant.

Sébastien Boully

Les Météorites
Film français réalisé par Romain Laguna
Avec Zoé Duprez, Billal Agab, Oumaima Lyamoura
Genre : Drame
Durée : 1h25m
Date de sortie : 8 mai 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des