[VOD] Domino : Brian De Palma dans l’impasse

Sorti en direct-to-video (VOD), Domino a été tourné sans budget et surtout sans inspiration. Brian De Palma n’est plus que l’ombre de lui-même. Et c’est terrible à voir.

On sait depuis un moment que Brian De Palma n’arrive plus, ou très difficilement, à produire ses films. Qu’on lui tourne le dos (aux États-Unis surtout, où il n’évoque plus grand-chose pour une majorité des spectateurs abreuvée de super-héros et autres trucs mainstream). Qu’on le considère comme un dinosaure qui a fait son temps et dont les derniers films, depuis Mission to Mars en 2000, ne sont que mépris critiques et échec publics (Passion ayant toutefois, a minima, relevé le niveau, comme une sorte de spasme créatif). Il n’y a bien qu’en Europe, et principalement en France, que De Palma reste plus ou moins adulé et considéré comme un grand maître du septième art, un auteur qui vaut le coup quoiqu’il puisse (encore) faire.

Domino, dont le tournage difficile a connu d’incessants problèmes de financement (« Le film était très mal financé. J’ai passé beaucoup de temps dans des chambres d’hôtel à attendre que l’argent pour qu’on puisse continuer à tourner arrive. J’ai passé 100 jours en Europe et on n’a pu tourner que 30 jours », a raconté le réalisateur) et une post-production indigne et bâclée (final cut refusé à De Palma, sortie direct-to-video), confirme pourtant que la clémence a parfois ses limites. On a beau être indulgent, indulgent parce que c’est De Palma, parce que c’est Phantom of the paradise et Carrie, Pulsions et Snake eyes, parce qu’il y a José Luis Alcaine à la photographie et Pino Donaggio, le vieux complice, à la baguette, parce qu’il y a Nikolaj Coster-Waldau, Carice van Houten et Guy Pearce devant la caméra, Domino n’a absolument rien à nous offrir à quelque niveau que ce soit. Et il n’y a pas d’autres mots qui le caractériseraient mieux que navet, catastrophe et infamie.

L’histoire imaginée par Petter Skavlan (un imbroglio fumeux autour d’attentats perpétrés par des fous de Daech) est d’une indigence rare, accumulant situations ineptes, scènes ridicules (ah, cette bagarre poilante dans une rue de Bruxelles…), facilités scénaristiques (ah, ces terroristes croisés comme par hasard sur l’autoroute…) et dialogues qui sonnent creux. Les acteurs ne sont pas en reste, visiblement aussi peu motivés par la crédibilité du projet que De Palma l’est par sa laborieuse mise en forme. Il tente tant bien que mal d’apposer sa patte, d’utiliser ses fameux tics visuels (split screen, zooms, plongées, images démultipliées, clins d’œil hitchcockiens…) sur quelques séquences, mais rien ne fonctionne, le cœur n’y est pas et on retiendra, pour l’honneur, ce final dans la plus pure tradition De palmienne à base de ralenti, de drone, de bombe, de mouvements de foule et de Boléro de Ravel revisité. Sans budget, sans soutien et sans inspiration, De Palma n’est plus que l’ombre de lui-même. Et c’est terrible à voir.

Michaël Pigé

Domino
Film danois, belge et espagnol réalisé par Brian De Palma
Avec Nikolaj Coster-Waldau, Carice van Houten, Guy Pearce…
Genre : Thriller
Durée : 1h34min
Date de sortie : en VOD

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des