Yves : l’absurde inintelligence artificielle

L’absurde se porte bien en ce moment dans le cinéma français. le film Yves de Benoît Forgeard est une agréable satire du monde contemporain… qui souffre néanmoins d’une durée excessive.

Copyright Ecce Films

Au rayon des films abordant l’inquiétante émancipation de l’intelligence artificielle, il manquait une franche comédie : après le HAL autocrate de 2001, l’amante inaccessible de Her, voici donc le frigo Yves, un combo d’électro ménager et d’Alexa, ces boîtiers capables de répondre à toutes nos questions et prenant à une vitesse croissante un rôle central dans les foyers.

Satire du monde contemporain, le deuxième film de Benoit Forgeard après le déjà insolite Gaz de France monte une galerie de personnages qui, tout en occupant différentes strates des classes sociales, ont en commun leur profonde bêtise liée à l’idolâtrie face aux nouvelles technologies. Ainsi de ce rappeur loser qui semble un digne héritier des personnages inventés par Gringe et Orelsan dans Bloqués, et qui va vite trouver son compte dans la réactivité des algorithmes d’une machine palliant ses manques de motivations ; ainsi, aussi, de l’ambassadrice de la machine, une Dora Tillier qui joue, comme dans La Belle Epoque présentée à quelques jours d’intervalles au Festival de Cannes, un mélange d’une femme au clash facile doublée d’une midinette qu’un rien fait fondre, qu’il s’agisse de craquer pour un post-ado dénué de charme ou un réfrigérateur doté d’un sex-appeal à la température idoine.

La caricature d’un monde aussi dégénéré que cyniquement attaché au profit n’épargne personne et fonctionne un temps : la manière dont le frigo suggère une nouvelle alimentation, la pique envoyée sur le formatage de l’écriture musicale actuelle, où une nappe d’auto-tune suffit à garantir le succès sont plutôt amusantes, tout comme le procès qui voit les arguments en faveur de l’IA validés par une industrie prête à vendre son âme pour la poule digitale aux œufs d’or, et qui proposent des arguments pour le moins crédibles sur la prise de pouvoir possible par les machines sur les hommes à très court terme ; et en point d’orgue de la comédie, l’eurovision de l’electro-ménager avec des lave-linge en mode Rammstein emporte tous les suffrages.

Reste que le film souffre d’un défaut majeur : sa durée. Étirer sur 1h47 pour un récit qui pouvait se satisfaire d’un moyen métrage laisse forcément des séquelles. Difficile de s’attacher à des personnages qui ne sont que des pantins, où même à Katerine qui se contente de jouer le rôle auquel on le cantonne en permanence. La foire aux vanités souffre elle-même de pas mal de trous d’air, et on ne saurait trop conseille d’aller voir du côté de Quentin Dupieux la manière d’assumer la minceur d’une intrigue, en lui rendant justice pour l’exploiter dans toute sa densité.

Sergent Pepper

Yves (2019)
Film français de Benoît Forgeard
Avec William Lebghil, Doria Tillier, Philippe Katerine…
Genre : Comédie
Durée : 1h47
Date de sortie : le 26 juin 2019

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Devinan Laura Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Devinan Laura
Invité
Devinan Laura

Ce n’est pas si mal. Je préfère ces 1h47 là aux 1h17″ paresseuses et redondantes du « Daim », film dont on voit toutes les coutures. Il y a beaucoup d’images de « Yves » dont je me souviendrai… Mais je ne sais pas si le grand public sera attentif au message sur la débilité de la jeunesse (telle que la voit le cinéaste en tous cas), abreuvée de rap (difficile d’écouter du rap après avoir vu ce film) et de pizzas. Et surtout le machiavélisme de l’industrie musicale qui manipule tout, des rappeurs de banlieues aux prix eurovision de la chanson. C’est la… Lire la suite »