Civilizations : Laurent Binet imagine une toute autre Histoire

Lecture attendue de cette rentrée littéraire 2019, Civilization de Laurent Binet est une uchronie dans laquelle l’auteur imagine que Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique et que les Incas ont conquis l’Europe.

Laurent BINET
photo © JF PAGA

Le précédent opus de Laurent BINET Les Sept fonctions du langage avait été une révélation personnelle. J’étais donc ravie de m’immerger dans ce nouveau roman, de retrouver le talent de ce jeune auteur à l’imagination débordante et d’embarquer pour des péripéties palpitantes.

Laurent Binet - CivilizationsIl était une fois des Groenlandais…  Erik le Rouge le fameux explorateur norvégien eut une fille Freydis, qui suite à des différends familiaux vogua sur les océans accompagnée de quelques comparses jusqu’à atteindre les côtes d’Amérique du Sud.  Après diverses aventures, elle se maria avec un noble péruvien dont elle eut une descendance.

Puis saut dans le temps et gros scoop Christophe Colomb n’a pas découvert l’Amérique ! En réalité dans ce roman, il est fait captif par les autochtones vivant dans les contrées atteintes avec les fameuses caravelles Pinta et Nina.  Il périra et ne reviendra pas en Espagne pour faire part de la réussite de son exploration. A ce moment précis, on comprend que l’Histoire avec un grand H va être totalement  chamboulée par Laurent BINET.
Puis nous faisons connaissance avec Atahualpa (qui fut le dernier empereur Inca). Dans Civilizations celui-ci fuyant la guerre fratricide qui l’oppose à Huasca débarqua au Portugal en plein chaos suite à un tremblement de terre grâce à l’une des fameuses caravelles sauvegardée par les Taïnos occupants de Cuba (si j’ai bien tout suivi !)
Choc des cultures, les Quiténiens adeptes du Soleil découvrirent le dieu cloué de la religion catholique, le breuvage noir (le vin), les lamas blancs (les moutons), l’Inquisition nettement moins sympathique entre autres choses…

Atahualpa est accompagnée d’un très beau personnage féminin, Higuénamota, une princesse cubaine qui a rencontré Christophe Colomb dans son enfance. Elle parle le castillan gardé dans un coin de sa mémoire depuis plusieurs années. Rôle-clé dans la réussite d’Atahualpa et de ses rêves d’être couronné Empereur de sa nouvelle terre d’élection, ce personnage aura une belle destinée.
On croise de nombreux personnages historiques Luther, François Ier… et j’en oublie. Leur parcours sera tout autre que celui que l’on connait.

Ce chambardement de l’Histoire interpelle naturellement même si à titre personnel le plaisir d’une lecture ludique prend le pas sur le réflexif. C’est si rare en littérature qu’on ne peut que savourer ce moment. Il est vrai que disposer de quelques notions d’Histoire peut aider à appréhender au mieux toute la richesse de ce roman. Mais cela ne m’est semble-t-il pas indispensable.
Une petite réserve toutefois sur la dernière partie évoquant les aventures de Cervantès qui se révèle un peu moins captivante que l’ensemble du roman.

Pour conclure, un (ou une Incade), intermède louant les explorateurs :

« Incade – Chant I – Strophe 1

O vous, hommes vaillants de plages si lointaines
Qui, partis d’Occident, avez par vos exploits,
Soumis bien au-delà de ces côtes cubaines
Des mers qu’on sillonnait pour la première fois ;
O vous, qui méprisant les vents et les tempêtes
A travers les dangers, les combats de géants,
Parvîntes à poser, pour prix de vos conquêtes,
D’un Empire nouveau les premiers fondements. »

Sandrine Mocquet

Civilizations
roman français de Laurent Binet
Editeur : Gallimard
384 pages – 22 euros
Date de parution : 14 août 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des