Foucauld, une tentation dans le désert : les derniers jours d’un frère universel

Une bande dessinée en antidote à la guerre des civilisations ? C’est possible, si elle transmet le message de tolérance de Charles de Foucauld, l’ermite de Tamanrasset.

Foucauld, Une tentation dans le désert - Jean Dufaux & Martin Jamar

1916, prématurément vieilli par les privations – il n’a que 58 ans, au même moment, son camarade de promotion, Pétain, « sauve » la France – le père Charles de Foucauld peine à se déplacer. Alors que les tribus s’agitent et que les autorités redoutent un embrasement général, il refuse catégoriquement de quitter son ermitage de Tamanrasset pour se placer sous la protection de l’armée.

Foucauld, Une tentation dans le désert - Jean Dufaux & Martin Jamar Foucauld est un illustre inconnu. Si l’ermite ascétique jouit chez les catholiques d’une réelle célébrité, qui sait qu’il fut, tour à tour, un riche héritier noceur, un officier débonnaire, un explorateur audacieux, un converti radical, un trappiste ardéchois, un ermite au désert, un traducteur émérite, puis, l’ami des juifs et des musulmans, le frère universel…

Dans sa préface, Jean Dufaux alerte le lecteur, il ne propose pas une biographie, plus ou moins hagiographique, mais se polarise sur les derniers jours de Foucauld. Comme s’il pressentait sa fin proche, Charles tente de transmettre sa raison de vivre aussi bien à ses amis, qu’à ses ennemis, en témoignant de l’amour de Dieu et de cette mystérieuse fraternité qui le lie à tous les hommes. Le message séduit Kaocen, le chef rebelle, touareg et nationaliste, mais insupporte l’islamiste intransigeant Ghebelli qui a juré sa perte. Les deux personnages sont des créations de Dufaux probablement plus conformes à l’islam contemporain, celui des moines de Tibhirine, qu’à celui de Foucauld.

De fait, les circonstances de sa mort n’ont pas été éclaircies. Il semble avoir été tué par un gamin qui, préposé à sa garde par des pillards, a été effrayé par l’arrivée de soldats français. Lors de sa béatification en 2005, il n’a pas été déclaré martyr (ce qui serait le cas s’il avait été tué en haine du catholicisme), mais honoré pour l’exemplarité de sa vie religieuse.

Le sobre dessin de Martin Jamar est d’une étonnante douceur. Vous apprécierez la délicatesse des couleurs, des visages et des attitudes, alors qu’il s’attarde sur des guerriers, souvent haineux. Cette légèreté convient bien à la vie de cet ancien soldat, apaisé et apaisant. Salam Charles…

Stéphane de Boysson

Foucauld, une tentation dans le désert
Scénario : Jean Dufaux
Dessin : Martin Jamar
Éditeur : Dargaud
64 pages – 14,99 €
13 septembre 2019

Foucauld, une tentation dans le désert – Extrait :

Foucauld, Une tentation dans le désert - Jean Dufaux & Martin Jamar

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des