[Neflix] Snowpiercer : le Transperceneige réaiguillé !

Comment imaginer qu’après avoir aussi magistralement raté la première saison de Snowpiercer, ses showrunners réussiraient à retourner la situation ? En revenant aux basiques du cinéma populaire US, en développant le passionnant personnage de Wilson, ils nous offrent pourtant une bonne seconde saison !

Snowpiercer S2
© TM &Turner Entertainment Networks, Inc.

Et hop ! Six mois seulement après sa première grande boucle bien peu convaincante, voici déjà le retour du Transperceneige version US… !

La première saison de la série américaine Snowpiercer était un ratage complet, largement imputable à l’incapacité et du scénario et de la réalisation artistique de se détacher de l’influence écrasante de la BD de Lob et Rochette et du film de Bong Joon-Ho. L’excellente nouvelle de cette seconde saison, très supérieure (et heureusement) à la première, c’est que les showrunners ont reconnu leur incompétence sur le terrain tellement peu états-unien de l’allégorie politique sur la lutte des classes : en ramenant leur train et leur série au ras des rails, et en se contentant d’essayer de nous offrir un bon vieux scénario bien basique de lutte entre les bons – ceux qui conduisent désormais le « Transperceneige », ayant pris le pouvoir lors de la rébellion – et les méchants – le mythique Mr. Wilford ressurgi du passé et du néant à bord de sa monstrueuse Big Alice, ils se sont concentrés sur ce qu’ils savaient vraiment faire, nous offrir un long film d’action « hollywoodien » qui va nous tenir éveillés, cette fois, tout au long de la saison.

© TM &Turner Entertainment Networks, Inc.Sans surprise, le succès (relatif mais indéniable) de la saison repose avant tout sur la composition remarquable de Sean Bean en « grand méchant » qui mérite d’entrer dans la grande légende de la série TV contemporaine, et qui permet d’élever d’un cran tous les enjeux que l’on connaît déjà : le contrôle du train, les conflits entre les passagers, les problèmes techniques potentiellement mortels, et surtout,… le choix possible d’un avenir différent… puisque, et c’est là le nouveau grand sujet de Snowpiercer, se dessine la possibilité d’un réchauffement planétaire (défense de rire… !). Et on peut parier devant certaines scènes réellement fortes (les suicides dans la baignoire, les chantages répétés de Wilford, ses jeux de manipulation vis-à-vis de ses ennemis et de son équipe elle-même) que Bean, coutumier de personnages troublés et inquiétants, ne trouvera jamais plus une aussi belle occasion de se montrer à la fois terrifiant et répugnant.

Il faut également mentionner l’épisode 5 (Many Miles from Snowpiercer) réellement convaincant, le premier à se passer – comme son titre l’indique – en dehors du train, et qui décrit sous forme de survival story les épreuves de Melanie (Jennifer Connelly, magnétique…) luttant seule pour acquérir « la connaissance » au milieu du froid. Il est bien possible que le plaisir que génère cet épisode soit en partie dû à notre plaisir d’être enfin sortis de ce fichu train !

La dernière partie de la saison redistribue habilement les cartes entre les personnages, qui se doivent de choisir leur camp, alors que la dictature « wilfordienne » resserre son étau sur le train, et qui, pour la plupart, en deviennent bien plus intéressants – plus humains, en fait… – qu’ils ne l’ont jamais été. Les derniers épisodes font monter habilement la pression, avec une succession de victoires et de défaites pour les rebelles qui ont bien du mal à reprendre le dessus, et se dévorent avec un enthousiasme qu’on n’aurait pas cru possible avec Snowpiercer (du coup, on ne soucie même plus de la myriade d’invraisemblances déjà pointées quant aux dimensions du train, aux déplacements des personnages, etc. !).

Comme c’est la tradition de la série, cette seconde saison, roborative, se clôt sur la perspective d’un nouveau combat, dantesque on l’espère, entre les deux factions qui s’opposent pour le contrôle des deux trains, du monde, de la vérité. A suivre…

Eric Debarnot

Snowpiercer – Saison 2
Série US de Josh Friedman et Graeme Manson
Avec : Sean Bean, Jennifer Connelly, Daveed Diggs, Alison Wright, Mickey Sumner…
10 épisodes de 45 minutes mis en ligne (Netflix) de janvier à mars 2021