[Netflix] “7 Prisonniers” d’Alexandre Moratto : trafic d’êtres humains…

Malheureusement sorti uniquement sur Netflix, avec une discrétion regrettable, 7 Prisonniers est un film brésilien remarquable sur l’un des maux croissants de notre époque, le trafic d’êtres humains : en sortant des rails d’un scénario qui pouvait paraître convenu, il étonne et fait réellement réfléchir, au-delà des stéréotypes confortables.

7 prisonniers
Rodrigo Santoro & Christian Malheiros – Copyright Aline Arruda/Netflix

Alors que le trafic de drogues est un fléau qui, si l’on peut dire, “fait la une des journaux” depuis des décennies, notre siècle sera sans doute encore plus marqué par l’expansion du trafic d’êtres humains, que ce soit en liaison avec des réseaux de prostitution, ou – de plus en plus – de travail forcé (ce qui confirme que l’esclavage, sur lequel le travail de reconnaissance de leur culpabilité des pays occidentaux est loin d’être achevé, reste une activité humaine florissante), et surtout de passage clandestin des frontières. Comme beaucoup de maux sociétaux, sa source en est la pauvreté endémique d’une large part de la population de notre planète, ou, plus exactement, les écarts obscènes de richesse entre régions du monde, entre pays, ou seulement entre campagnes et cités.

7 Prisonniers afficheCe serait une erreur de considérer que 7 Prisonniers traite d’un problème spécifiquement brésilien, même si, en effet, les écarts socio-économiques restent extrêmes au Brésil : il y a fort à parier que les Paulistanos qui mènent leur vie “normale” dans les rues de São Paulo, métropole similaire à une grande partie des cités occidentales, ont découvert le film d’Alexandre Moratto avec le même sentiment de surprise, d’horreur et d’incrédulité que nous aurions nous, en réalisant que des pratiques similaires ont bel et bien lieu en bas de chez nous, à Paris, Marseille ou Lyon.

7 Prisonniers n’est que le second long-métrage, après Socrates, garçon des rues, de Moratto, qui n’est donc pas encore reconnu chez nous comme l’espoir qu’il représente pour un cinéma brésilien qui délaisse l’efficacité commerciale à l’américaine et retrouve ses racines politiques et sociales : de la violence baroque du Cinema Novo de Glauber Rocha aux réflexions abstraites de Kleber Mendonça Filho, en passant par les documentaires sensibles de Walter Salles, le réalisme social, souvent enchanté par la poésie, a toujours constitué le meilleur de la production brésilienne. Moratto nous raconte ici l’odyssée tragique d’un jeune homme qui quitte sa campagne où la vie est rude – mais, sans tomber dans aucun cliché d’ailleurs, d’une belle richesse humaine -, pour l’illusion de la réussite à São Paulo, pour se retrouver prisonnier, ou plus exactement, esclave d’un réseau mafieux exploitant – entre autres – des décharges permettant le recyclage des métaux.

Si la première partie du film suit le parcours finalement – et malheureusement – très classique de Mateus, un “migrant” qui se voit progressivement privé de son argent, de ses papiers, puis de son identité et de sa liberté, c’est véritablement dans la seconde partie du film que le propos de 7 Prisonniers surprend, s’affine, gagne en ambigüité et en pertinence. En décidant de gagner la confiance de ses geôliers grâce à son intelligence, Mateus va découvrir que la “casse” où il travaille n’est qu’une toute petite partie d’un système qui remonte très haut dans la structure sociale, incluant la police et des politiciens…

La force du film repose avant tout sur la subtilité de son interprétation, que ce soit pour Mateus (le jeune Christian Malheiros, déjà “vedette” de Socrates fait passer énormément de sentiments complexes sans avoir beaucoup de lignes de dialogues) ou, surtout, pour le personnage passionnant de Seu Luca, qui permet au grand Rodrigo Santoro de confirmer son talent, mêlant ici savamment une noirceur de l’âme terrifiante avec des éclairs d’humanité qui s’avèrent essentiels au récit.

La mise en scène de Moratto, sans chichis, adopte souvent la neutralité du documentaire, permettant au spectateur de se faire sa propre opinion sur la trajectoire de Mateus, et laisse le temps à chaque personnage, même le plus secondaire, d’exister à l’écran. Cette modestie apparente n’empêche aucunement 7 Prisonniers de pouvoir être regardé comme une sorte de thriller psychologique puissant, dont les 90 minutes passent très (presque trop) vite.

7 Prisonniers se retrouve dans quelques-unes des listes des 10 meilleurs films de 2021 aux USA, alors qu’il n’a pas été remarqué en France : sans doute, aurait-il mérité une véritable sortie en salles pour ne pas passer aussi inaperçu.

Eric Debarnot

7 Prisonniers
Film brésilien d’Alexandre Moratto
Avec : Christian Malheiros, Rodrigo Santoro, Lucas Oranmian…
Genre : Drame
Durée : 1h33
Date de mise en ligne (Netflix) : 11 novembre 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.