“Viens je t’emmène” : Guiraudie se gaufre

Tout se casse la gueule dans le nouveau film d’Alain Guiraudie : c’est mal écrit, mal joué, mal mis en scène, mal mis en lumière… On dirait un vieux Mocky ressorti d’un tiroir, ou un Blier qui a tourné ; un machin fait avec les pieds, sans à-propos ni aucune incarnation.

Copyright Les Films du Losange

Rester vertical, après L’inconnu du lac, avait été une telle douche froide qu’on en avait perdu notre latin : comment était-il possible que le même réalisateur fit ces deux films, l’un sinistre quand l’autre incandescent ? Six ans après, on espérait un peu, beaucoup, que Viens je t’emmène allait nous réconcilier avec Alain Guiraudie, avec son cinéma libre et dégingandé. D’ailleurs on partait motivé, excité presque, avec une histoire tordue qui promettait son lot de loufoqueries et un regard mi-aiguisé, mi-décalé sur le monde. À la Guiraudie quoi. L’histoire d’un homme, Médéric, qui tombe amoureux dingue d’Isadora, prostituée mariée à un homme violent.

Et alors qu’une attaque terroriste provoque soudain une psychose générale, Médéric, obnubilé par Isadora, vient en aide à un jeune sans-abri, Selim, ce qui, évidemment, ne va pas arranger le cours des choses. Pour Guiraudie, il est question ici de dire les maux d’aujourd’hui, ces maux qui minent société, quotidien et rapports (circonscrits à un immeuble et à quelques rues de Clermont-Ferrand), et qu’on appelle racisme, et violence, et paranoïa, et rejet de l’autre. Mais le dire sans démagogie et sans les gros sabots, et parfois même avec humour, et entre deux scènes de cul si possible. À la Guiraudie quoi. Mais ce n’est pas ce qui l’intéresse vraiment de toute façon, enfin pas complètement.

Plutôt observer comment l’amour et le désir parviennent à surmonter, à s’affranchir de ces maux. Comment ils s’immiscent malgré le chaos, comment ils y circulent, comment ils prennent forme(s), du simple coup de foudre à la jalousie la plus exacerbée en passant par la passion secrète, inavouée jamais (ou trop tard). Cet alléchant programme ne tiendra malheureusement pas ses promesses, et encore moins la route. On s’étonne d’abord, puis on constate : Guiraudie paraît avoir perdu la main, et tout dans Viens je t’emmène fait affreusement approximatif, sonne souvent faux, du jeu des acteurs aux dialogues, d’une mise en scène inexistante à une photographie sans éclat (en toute objectivité, admettons-le : le film est d’une laideur totale).

Sur le papier, cette volonté d’aborder nos désenchantements contemporains par l’entremise d’une valse des sentiments (et des corps) permettait un parasitage du réel savoureux dont on pensait Guiraudie expert (L’inconnu du lac et son silure monstrueux, son serial killer sexy…). À l’écran, tout se casse la gueule : on dirait du mauvais boulevard ; un état des lieux du territoire France pas plus approfondi qu’une brève de comptoir ; un vieux Mocky ressorti d’un vieux tiroir, ou un Blier qui a tourné ; un machin fait avec les pieds, sans à-propos ni aucune incarnation malgré la plus que bonne volonté de Jean-Charles Clichet et Noémie Lvovsky.

Michaël Pigé

Viens je t’emmène
Film français réalisé par Alain Guiraudie
Avec Jean-Charles Clichet, Noémie Lvovsky, Illiès Kadri…
Genre : Comédie dramatique
Durée : 1h40min
Date de sortie : 2 mars 2022