Warhaus – Ha Ha Heartbreak : la belle échappée de Maarten Devoldere

Troisième réalisation pour Maarten Devoldere, membre de Balthazar, qui sous le nom de Warhaus, distille des chansons empruntes d’une grande mélancolie. Ha Ha Heartbreak constitue à ce jour l’album le plus personnel et authentique  de l’artiste belge.

Warhaus
© Titus Simoens

En marge du combo belge Balthazar, Maarten Devoldere, inventait Warhaus en 2016, side project en forme de terrain de je(u), lui permettant d’explorer et d’exprimer son propre style.. Les parutions consécutives de We Fucked a Flame into Being (2016) et Warhaus (2017) traduisaient une démarche d’urgence créative empreinte d’une certaine compulsivité. Depuis 2017, Maarten Devoldere aura enregistré en studio et parcouru les routes avec Balthazar, suite à la parution de deux nouveaux albums, mettant de côté son projet solo, le temps de parfaire ses futures compositions pour l’album qui nous intéresse à ce jour Ha Ha Heartbreak.

Warhaus - Ha Ha HeartbreakLa génèse de ce dernier opus Ha Ha Heartbreak s’est opérée en quelques jours à Palerme. Enfermé dans une chambre d’hôtel, en compagnie d’une guitare, d’un micro et d’une peine de coeur fraichement vécue, ce théâtre dépaysant constituait l’occasion parfaite pour une introspection salutaire, propice à des sessions d’enregistrements fertiles.

Mélancolie en bandoulière, à l’instar d’un Nick Cave ou plus récemment Alex Cameron, Warhaus ajoute à ses compositions une attitude dandy, lui conférant les pouvoirs d’un “Leonard Cohen du millénaire”.

L’album s’ouvre sur les magnifiques arrangements de Open Window, titre cinématographique et gainsbougrien s’il en est, sur lequel l’artiste chante “Girl it’s in the future we belong I know it’s in the future we belong”. Le thème principal évoque une ritournelle en boucle, prenant force avec les chœurs masculins, le tout atteignant son apogée quand les notes de piano virtuoses viennent parfaire le tableau. Le genre de morceau qui évoque immédiatement une scène cruciale d’un film des années 60, à l’esthétisme léché, de par sa mélodie superbe et ses arpèges classieux.

D’ailleurs, chaque titre de ce nouvel opus a droit à sa mélodie catchy, qu’elle soit chantée, fredonnée, sifflée, jouée, à l’instar de It Had To Be You, dont les chœurs mêlés aux notes saturées de guitare traduisent une sorte de chaos émotionnel transcendé par les mots scandés par Maarten “For the glory of love i’m gonna get clean”.

A propos du titre Time Bomb, l’artiste dit ceci :
« Que faire si vous tombez sur une bombe à retardement ? Vous verrez probablement trois fils différents. S’il n’y a pas de fils rouges, coupez le deuxième fil. Si le dernier fil est blanc, coupez le dernier fil. Sinon, s’il y a plus d’un fil bleu, coupez le dernier fil bleu. Si rien de tout cela n’est possible, coupez le dernier fil puis le premier. Apprenez cela par cœur, car écouter ma nouvelle chanson ne vous sauvera pas du tout. »

De par le son et la qualité de ses productions, l’univers musical de Warhaus rappelle par moments celui de Sade, excusez du peu…. FIP parle de “Spleen sensuel”. La force de Warhaus réside dans cette propension unique de l’artiste à s’être créé un son reconnaissable dès les premières notes d’un titre, un groove dont lui seul a le secret, porté par une voix à la signature unique, de par son phrasé, son intonation et cette nonchalance apparente singulière, où la morgue le dispute à la sensualité.

Ha Ha Heartbreak constitue l’album le plus personnel et authentique de Warhaus à ce jour, explorant les thèmes du deuil, de la rupture, de la résilience. Le choix du titre est évocateur, l’artiste semble se jouer de ce coeur brisé, allant jusqu’à le tourner en dérision.
Il est vivement recommandé de se laisser emporter par les 10 plages de ce nouvel album, avant d’aller voir Warhaus sur scène. Les spectateurs qui ont eu la chance de le voir sur ses tournées précédentes s’accordent à dire que les compositions prennent une tout autre dimension en live.

David Counil

WARHAUS – Ha Ha Heartbreak
Label : Play It Again Sam
Date de sortie : 11 novembre 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.