The Marias – Submarine : plongée dans le grand bain

Le groupe californien The Marias  fait son retour avec Submarine. Un opus bien plus percutant que le précédent, inspiré en partie de la mélancolie provoquée par la rupture amoureuse des deux membres principaux du groupe.

the-marias-2024
© BETHANY VARGAS

Trois ans, c’est une durée suffisante pour séparer deux sorties d’albums. Trois ans, ça laisse le temps de profiter du premier, sans se lasser de l’attente. En 2021, The Marias dévoilait CINEMA, son premier album studio. Les murmures de la voix câline de María Zardoya s’allongeait alors sur les instrumentales feutrées et jazzy dispensés par les excellents musiciens du groupe.

the-marias-submarineCe vendredi 31 mai, le groupe originaire de Los Angeles a fait son grand retour avec Submarine. Le passage du premier album au deuxième est un moment crucial dans la carrière d’un groupe. Un deuxième jet se doit de fédérer les fans sans tomber dans la caricature du premier. En ce qui concerne les points communs, la chanteuse d’origine portoricaine fait une fois de plus étalage de sa stratégie de bilinguisme, rebondissant entre l’espagnol et l’anglais au besoin. Sa rupture avec le batteur et producteur John Conway n’a pas non plus effleuré son timbre de voix

Un album plus percutant, plus rock, plus triste

On ressent néanmoins un travail plus approfondi au niveau des parties instrumentales. Les basses pulsent davantage, les accords de clavier oniriques et psychés se montrent plus orchestraux et percutants, et le mix global ressemble réellement à ce qu’on attend d’un album d’indie pop en 2024. Bien sûr, l’atmosphère douce et feutrée des débuts se fait toujours ressentir, elle s’est simplement rendue plus mature, et dans la continuité des magnifiques collaborations du groupe avec des artistes comme Eyedress (2023) ou Bad Bunny (2022). Un ajustement qui pourrait éventuellement déplaire aux auditeurs qui ont aimé le côté très calme et planant du premier album.

Inspiré de Trois Couleurs : Bleu – film de Krzysztof Kieślowski, sorti en 1993, qui a notamment valu un César de la meilleure actrice à Juliette Binoche – et inconsciemment (ou pas) de la rupture entre María et John, Submarine pousse plus loin la mélancolie des titres précédents. Le contraste entre la couleur bleue de la pochette de l’album avec le rouge de la précédente en est un parfait témoin. Une douce amertume qui a donné naissance à Sienna, la pièce finale du disque. La contemplation magnifique d’un acte manqué, poétique et sincère.

Rayhan Arrar

The Marias – Subarmine
Label : Atlantic
Date de sortie 31 mai 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.