Retour en Normandie

aff film_3.jpgRetour en Normandie est le film que tout cinéphile, ou pour le moins amateur de cinéma, se doit d’aller voir tant ce documentaire hétérogène et polymorphe est une brillante réflexion sur la nature même du septième art.

A l’origine du film de Nicolas Philibert se trouve un film culte de 1975 : Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère. Réalisé par René Allio, qui adapta l’ouvrage collectif dirigé par le philosophe Michel Foucault traitant du parricide et des relations entre psychiatrie et justice pénale, le film vit aussi les débuts du réalisateur d’Etre et avoir comme assistant, fonction qu’l partageait avec Gérard Mordillat, devenu documentariste et écrivain reconnu.

En découvrant en 2004 lors d’une conférence à  la Fémis combien Allio était tombé dans l’oubli, moins de dix ans après sa mort, Nicolas Philibert décide de faire un film qui réinvestirait les lieux du tournage et partirait à  la recherche des acteurs de l’époque. En effet, la grande particularité de Pierre Rivière est d’avoir confié les rôles du meurtrier, de sa famille et de ses voisins à  des gens du cru, non professionnels. Alors que les rôles d’avocats et de psychiatres – le fait divers survenu en 1835 dans le Calvados fait entrer pour la première fois de plain-pied les experts psychiatriques dans le prétoire – sont tenus par de véritables comédiens, l’option de Allio permet à  son film de fonctionner grâce à  l’amateurisme des autochtones qui confère à  cette chronique aride et janséniste un parfum d’authenticité et de réel.

Retour en Normandie ne se limite pas aux retrouvailles et aux échanges de bons souvenirs. Film très personnel commenté par la voix off du cinéaste, prenant racine dans ses propres souvenirs et ses propres motivations – dont la plus intime nous sera dévoilée à  la fin avec pudeur – , Retour en Normandie revêt une forme éclatée : lieux multiples et nombreux registres qui mêlent extraits du film d’Allio, témoignages, documents, paysages. A travers ces rencontres, Nicolas Philibert trace en creux le portrait d’une France provinciale et rurale, en inscrivant les témoignages de ceux et celles qu’il retrouve dans leur vie quotidienne : famille et exercice de leurs activités.

Ce qui ressort de toutes les conversations qu’a le réalisateur avec les habitants du bourg, c’est à  quel point cette expérience les a marqués, quelle que fût l’importance de leur participation. Malgré la noirceur et l’âpreté du film de René Allio, la sensation dominante est celle d’avoir passé un bon moment, pendant lequel on a bien rigolé et rencontré des gens que jamais on n’aurait croisés autrement. Pour certains, cette étonnante expérience leur a permis de prendre des directions inattendues : c’est le cas de Annick – 16 ans en 1975 – qui travaille dans une structure pour déficients mentaux. Et c’est surtout le cas de Claude Hébert, l’interprète de Pierre Rivière, jeune homme tourmenté et solitaire devenu prêtre sillonnant le monde, installé pour l’heure en Haîti.
Mine de rien, Retour en Normandie se charge petit à  petit d’une émotion profonde. Cela tient bien sûr à  l’attention douce avec laquelle Nicolas Philibert questionne et écoute les divers témoins, avec la juste distance, y compris dans les scènes les plus douloureuses. C’est un film qui tisse des liens, où il est aussi question de filiation, d’engagement, d’utopie, d’humanisme et d’éthique.

Loin d’offrir une vision angélique, Retour en Normandie évoque aussi les nombreuses difficultés auxquelles René Allio et son équipe ont été confrontés et désacralise ainsi l’image souvent glamour du cinéma, en tournant une scène dans les mythiques Laboratoires Eclair menacés par l’industrie numérique et l’appât des fonds de pension.
Film fragmentaire et fraternel qui dessine une possible solidarité vis-à -vis des gens modestes, Retour en Normandie réfléchit aussi à  la place du cinéaste travaillant à  partir d’un matériau réel, ce qui était le cas de René Allio pour Pierre Rivière, ce qui est la raison même de toute l’oeuvre de Nicolas Philibert, qui signe ici son documentaire le plus personnel, voire le meilleur.

Patrick Braganti

4_5.gif

Documentaire français de Nicolas Philibert – 1h53 – Sortie le 3 Octobre 2007
Avec Claude Hébert, Joseph Leportier, Gilbert Peschet

La bande annonce du film

Plus+
www.retourennormandie-lefilm.com

 

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *