L’homme que l’on prenait pour un autre, de Joël Egloff

egloff.jpgLe narrateur a un gros inconvénient : son visage est commun et n’importe qui dans la rue est persuadé de le connaître ou de l’avoir déjà  rencontré. Notre homme collectionne, bien malgré lui, les étiquettes et les identités, il n’y comprend rien, et en dépit de ses nombreux efforts, il s’enfonce et endosse les parures.

Les altercations commencent très tôt, avec le facteur qui lui remet un courrier qui ne lui appartient pas, ensuite il découvre que ce sont des lettres d’amour, des déclarations belles à  faire fantasmer et il se prête à  rêver un instant à  cette douce inconnue, qui pleure son amour perdu… Puis il se trompe d’étage et se trouve nez-à -nez avec une épouse et ses deux enfants ! Ou il est pris pour un ancien gangster, se fait passer à  tabac en pleine rue et ne trouve plus l’adresse de son cordonnier. Un dimanche sur deux, notre homme se rend à  Mourmelon visiter une vieille tante dans une pension pour personnes âgées. Elle pourrait le raccrocher à  sa réalité, mais elle-même vit dans sa bulle, tout en sucrant ses fraises et en attendant l’arrivée des Américains. Un jour, elle aussi disparaît, ou alors c’est lui qui ne la retrouve plus ?

C’est ainsi que ça se passe, dans le roman de Joël Egloff les identités sont floues, les défenses passives et les repères égarés. A l’instar du personnage central, le lecteur s’y balade en étant incrédule et perplexe. L’aventure rocambolesque de cet homme peine à  adhérer toute compréhension, le bizarre colle aux doigts et pourtant jamais l’envie d’abandonner le roman ne vient nous effleurer. Et pourquoi ? Tout simplement parce que c’est superbement écrit ! Joël Egloff a le don, le talent et le sens des mots au centimètre près. Il a recours à  sa poésie particulière et à  l’humour noir pour dresser le portrait de ce Monsieur Tout-le-Monde, un brin pathétique, mais touchant à  ne rien pouvoir retenir entre ses filets. Alors tout coule, et 200 pages défilent…

Stéphanie Verlingue

3_5.gif

L’homme que l’on prenait pour un autre
Auteur : Joël Egloff
Editeur : Buchet Chastel
202 pages – 17,90 €¬
Parution : 10 janvier 2008

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *