Partie de pêche au Yémen, de Paul Torday

peche.jpgQue se passe-t-il dans la tête d’un scientifique britannique tout à  fait comblé – sa femme vient de lui offrir une brosse à  dents électrique pour leurs vingt ans de mariage – quand un cheik yéménite lui demande de construire une rivière climatisée afin qu’il s’adonne à  son sport favori… la pêche au saumon ?

Ce Projet Saumon, auquel Dr Alfred Jones ne croit pas un instant, devient très vite un élément majeur que visent les hautes sphères politiques, lesquelles forcent ainsi notre scientifique débonnaire de plancher derechef sur le sujet. Il en va de la sécurité nationale, de l’image du Premier Ministre Anglais, de la science moderne et d’une campagne de communication valorisante, après le fiasco en Irak. Alfred Jones travaille donc en collaboration avec Harriet Chetwode-Talbot, qui sert d’agent de transition avec le Cheik Muhammad du Yémen.
Ce dernier est un saint homme, sincèrement passionné par la pêche au saumon. Ses intentions sont louables, car il veut permettre à  son peuple de partager ce bonheur de pêcher et il est persuadé d’une bienveillance divine pour conduire ce projet jusqu’au bout.
Les mois sont longs, les questions nombreuses, les petites entourloupes dans les coulisses encore plus grouillantes, notamment celles orchestrées par Peter Maxwell, directeur de communication du bureau du PM, Mr. Jay Vent. La position officielle est d’être solidaire, sans trop paraître soutenir ni s’impliquer. Tout dépendra du résultat et des lauriers récoltés !

Cela force à  sourire, les petites magouilles étant incroyablement doublées à  la nature humaine ! Le roman en démontre les rouages, les tracasseries bêtes et inutiles, les ambitions dévorantes et le déni d’informations pour éviter le scandale. A l’écart des ergotages pompeux, il y a notre scientifique, Fred Jones, qui vient d’être quitté par son épouse – exilée en Suisse pour remplacer un collège malade, puis mort. Mary est une économiste rompue et pleine de détermination, qui sacrifie sa vie personnelle pour sa réussite professionnelle. La séparation du couple vient miner notre scientifique, qui se consolera un temps auprès de la jeune Harriet, elle-même profondément déprimée par l’absence de son fiancé, en mission secrète dans le Moyen-Orient.

Construit à  l’aide du journal intime d’Alfred, de courriels, de rapports d’enquêtes, d’entretiens, des lettres d’Harriet, et même d’un script pour le pilote d’une émission, le roman permet ainsi d’accélérer l’allure pour ne pas laisser le lecteur évanoui d’ennui à  force de (trop) longues descriptions sur la pêche et le saumon.
L’histoire, elle, est cocasse, assez sarcastique. Elle dénonce plusieurs aspects de la folie des administrations, des possibilités surréalistes de l’argent et du pouvoir. Ce projet fou va toutefois permettre à  un homme presque banal de connaître la notion du rêve et de l’amour, ce qui n’est pas rien !
Un roman qui a tout de la farce, de la comédie british assez pince-sans-rire, avec ses personnages flegmatiques, et au final ce bon divertissement cache aussi quelques notes aigres-douces.

Stéphanie Verlingue

3_5.gif

Partie de pêche au Yémen
Auteur : Paul Torday
Traduit de l’anglais par Katia Holmes
Titre original : Salmon Fishing in the Yemen.
Editeur : JC Lattès
383 pages – 19.50 €¬
Parution : janvier 2008
Traduit de l’anglais par Katia Holmes

Envie de partager :

One thought on “Partie de pêche au Yémen, de Paul Torday

  1. Quelques bons vieux Rapala countdown sur la jaquette d’un livre ont de quoi attirer le regard du lecteur surtout quand il aime la pêche. C’est ainsi que l’on peut découvrir l’excellent roman de Paul Torday. Il nous livre une histoire rocambolesque dans laquelle un cheik richissime, obstiné et un brin mystique, vivant entre le Yémen (son pays) et l’Écosse, a fait le vÅ“u d’introduire des saumons et de leur construire de belles rivières pour son plaisir de pêcheur à la mouche et pour… amener la paix et la concorde que la pratique de la pêche pourrait prodiguer aux différentes castes de la société yéménite. Drôle d’idée dira-t’on ! (…)
    http://chamane51.skyrock.com/

  2. Quelques bons vieux Rapala countdown sur la jaquette d’un livre ont de quoi attirer le regard du lecteur surtout quand il aime la pêche. C’est ainsi que l’on peut découvrir l’excellent roman de Paul Torday. Il nous livre une histoire rocambolesque dans laquelle un cheik richissime, obstiné et un brin mystique, vivant entre le Yémen (son pays) et l’Écosse, a fait le vœu d’introduire des saumons et de leur construire de belles rivières pour son plaisir de pêcheur à la mouche et pour… amener la paix et la concorde que la pratique de la pêche pourrait prodiguer aux différentes castes de la société yéménite. Drôle d’idée dira-t’on ! (…)
    http://chamane51.skyrock.com/

  3. Quelques bons vieux Rapala countdown sur la jaquette d’un livre ont de quoi attirer le regard du lecteur surtout quand il aime la pêche. C’est ainsi que l’on peut découvrir l’excellent roman de Paul Torday. Il nous livre une histoire rocambolesque dans laquelle un cheik richissime, obstiné et un brin mystique, vivant entre le Yémen (son pays) et l’Écosse, a fait le vœu d’introduire des saumons et de leur construire de belles rivières pour son plaisir de pêcheur à la mouche et pour… amener la paix et la concorde que la pratique de la pêche pourrait prodiguer aux différentes castes de la société yéménite. Drôle d’idée dira-t’on ! (…)
    http://chamane51.skyrock.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *